Un coordinateur présumé des attentats mis au jour

09 Novembre, 2016, 09:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Un coordinateur présumé des attentats mis au jour

Il s'agit d'un certain Abou Mohamed, un cadre de Daesh qui figure sur une liste de dix noms établie par les enquêteurs.

Un jihadiste belgo-marocain, Oussama Atar, est considéré par les enquêteurs comme le coordinateur depuis la Syrie des attentats de Paris et Bruxelles. Selon nos informations, les enquêteurs ont découvert des fichiers audio dans lesquels les terroristes de Paris rendent compte en français des préparatifs des attaques à Abou Ahmad, qu'ils appellent "l'émir ".

Oussama Atar est également un cousin des deux logisticiens du dramatique attentat, Khaled et Ibrahim El Barkaoui, qui se sont fait exploser à Bruxelles, le premier à l'aéroport, le second dans le métro de Maelbeek. Son frère, Yassine Atar, qui criait lui aussi à l'innocence de son frère Oussama en 2010, possédait même une clé de l'appartement situé Rue Henri Bergé. L'homme est un vétéran du djihad et un cousin des frères El Bakraoui. D'après Le Monde, il aurait également séjourné à Camp Bucca, une prison aujourd'hui considérée comme un " incubateur de djihadistes " du futur groupe EI. Deux expériences qui ont pu contribuer à lui bâtir une aura dans la sphère djihadiste. Sa famille avait choisi de médiatiser son cas dans l'espoir de le faire libérer et il avait à l'époque bénéficié de soutiens de la part de personnalités politiques ou d'ONG, comme Amnesty International.

Libéré en 2012 en raison d'un cancer, il aurait rapidement disparu pour rejoindre la zone irako-syrienne et les rangs de l'EI.

Comment a-t-il été identifié?

Il apparaît comme l'une des pièces essentielles des attentats qui ont frappé l'Europe. Les djihadistes à sa solde se seraient dissimulés dans les flux de réfugiés. Deux d'entre eux, censés participer aux équipées meurtrières de Paris, sont arrêtés en Autriche.

Au moment de son départ de Raqqa, la "capitale" de facto de Daesh, Abou Ahmed a donné de faux papiers, de l'argent, un téléphone et des instructions en langage codé par SMS au terroriste. Depuis, l'Algérien a cru reconnaître Abou Ahmad comme étant Oussama Atar d'après une planche de photographies soumise par les enquêteurs, selon une source proche de l'enquête. Dans l'un des enregistrements, les futurs kamikazes de Bruxelles soumettent à Abou Ahmad des idées de cibles.

Recommande: