Trump et Clinton se battent jusqu'au bout — Maison Blanche

09 Novembre, 2016, 09:48 | Auteur: Lynn Cook

Entourée de Lady Gaga, de Bruce Springsteen et de Jon Bon Jovi, Hillary Clinton appelait encore lundi soir à la mobilisation, dans une dernière tentative de convaincre les indécis. Il a commencé en Floride, s'est ensuite rendu en Caroline du Nord, et devait continuer ensuite vers la Pennsylvanie, le New Hampshire et le Michigan, pour un dernier meeting vers 23H00. "Nous devons placer le pays devant le parti quand il s'agit de cette élection", a-t-elle ajouté, semblant montrer qu'elle serait prête à travailler avec les républicains si elle était élue. "Nos valeurs fondamentales sont en jeu". "Nous avons seulement besoin de grandes idées", a-t-il poursuivi. Un soulagement, même tardif, pour sa campagne.

Des palmiers de Floride aux montagnes verdoyantes du New Hampshire en passant par la Pennsylvanie et la Caroline du Nord pour finir dans le Michigan, le milliardaire abattait des milliers de kilomètres lundi pour ses cinq derniers meetings d'une campagne au ton corrosif inédit, qui laisse de nombreux électeurs "dégoûtés". Je sais que demain sera un autre grand jour.

De 20h30 à 2h du matin, tous les aspects de l'élection seront évoqués, comme le bilan de huit années d'Obama, le symbole de la candidature d'une femme, Hillary Clinton en l'occurrence, en politique et dans un grand pays comme les États-Unis et aussi une grosse pédagogie autour du fonctionnement, complexe, du système électif américain. Hillary Clinton affiche44,9 % des intentions de vote au niveau national contre 42,7 % pour Trump, selon la moyenne des plus récents sondages établis par Real Clear Politics. D'autres victoires dans l'Ohio, la Caroline du Nord ou la Floride sonneront le glas des ambitions de Donald Trump. La candidate démocrate doit ainsi en remporter 54, quand Donald Trump doit espérer en gagner 106 pour atteindre 270.

Lire aussi: Quel rôle pour Bill Clinton à la Maison Blanche en cas de victoire d'Hillary? Ancienne Première dame, ancienne sénatrice, ancienne secrétaire d'Etat, elle semblait inévitable. Plus insolite encore, l'astronaute américain Shane Kimbrough a exercé son droit de vote depuis l'espace. Ils doutent de son honnêteté. Sa précision et les généralités de son interlocuteur l'ont prouvé plus d'une fois. Il a promis des solutions simples à tous les problèmes complexes. Il a menti, insulté les femmes, les Mexicains, les Noirs, les musulmans, a promis de faire revenir les emplois. Il a également dénoncé l'incompétence de son adversaire.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont le rôle est notamment de s'assurer du bon déroulement des élections dans ses pays membres, a annoncé mardi avoir dépêché 300 observateurs provenant de 43 pays membres pour le scrutin présidentiel américain. Le phénomène Trump est révélateur d'une Amérique en colère, et l'homme a très bien su capitaliser sur les peurs des Blancs peu éduqués, craignant à leur tour de devenir une minorité. Ou ait agressé des femmes.

Le milliardaire, ancien animateur star de l'émission de télé-réalité à succès The Apprentice, a fait voler en éclats toute décence politique.

Il a au passage quasiment fait exploser un parti républicain, profondément divisé.

Renégocier les accords de libre-échange. Trump a été répudié par une partie de ses élus, au fil des excès et scandales qui ont émaillé sa campagne.

Recommande: