ITÉLÉ: 4e semaine de grève, la direction veut faciliter les départs

08 Novembre, 2016, 03:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • ITÉLÉ: 4e semaine de grève, la direction veut faciliter les départs

La ministre du Travail et du Dialogue social "recevra lundi à 16H30 au ministère les organisations syndicales mobilisées dans le conflit", a fait savoir samedi à l'AFP le ministère du Travail.

Les salariés ont reconduit leur grève jusqu'à mardi midi pour le 22e jour d'affilée d'arrêt de travail, à 82% des voix (76 favorables, 8 contre, 9 abstentions).

Nous, signataires de ce texte, demandons aux pouvoirs public, au CSA, à la direction d'iTélé et aux actionnaires de la chaîne d'accepter qu'une entreprise de presse et qu'un projet éditorial ne peuvent se développer sans l'adhésion de sa rédaction, de créer les conditions d'un dialogue et de trouver rapidement une issue à cette crise beaucoup trop longue pour les journalistes de la chaîne, ses téléspectateurs et toute la profession. Pour la première fois, ils ont tenu leur assemblée générale quotidienne dans le hall de la chaîne, puis dans la rue afin de faire voter les pigistes, dont l'accès au bâtiment est limité depuis quelques jours.

La rédaction d'iTELE, deuxième chaîne d'info de France, est en conflit avec la direction depuis l'arrivée de l'animateur Jean-Marc Morandini, mis en examen "pour corruption de mineur aggravée", et réclame, outre son départ, une charte éthique, un projet éditorial précis et des moyens accrus.

Le groupe Vivendi propose désormais à ceux des salariés qui voudraient quitter iTELE un mois d'indemnités par année d'ancienneté au-delà de douze ans d'ancienneté, alors que les indemnités étaient plafonnées à 24 mois jusqu'ici, selon cette même source. Un conflit inédit car il ne porte pas seulement sur des questions économiques et sociales, mais sur ce qui fonde la crédibilité du travail des journalistes: leur indépendance.

Ces soutiens s'ajoutent aux nombreux messages reçus sur les réseaux sociaux à travers le mot-clé #jesoutiensiTELE et une pétition lancée par l'association Reporters sans frontières.

Recommande: