USA : les femmes à fond derrière Hillary Clinton

06 Novembre, 2016, 02:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Des partisans d'Hillary Clinton et de son colistier Tim Kaine lors d'un meeting à Philadelphie le 22 octobre 2016

Le candidat républicain se dit persuadé que le président américain savait que sa secrétaire d'Etat utilisait à l'époque une messagerie privée. "Notre campagne représente une opportunité unique de changement, comme on n'en rencontre qu'une fois dans sa vie".

Alors que M. Trump était sur la défensive, sa rivale Hillary Clinton a poursuivi son travail dans le but de concrétiser sa victoire dans l'État pivot du New Hampshire, tout en ayant dans sa mire la possibilité d'une majorité démocrate au Sénat. Je demande aux Américains de s'élever au-dessus du tumulte et du bruit.

"Je pense que nous sommes en train de l'emporter en Floride", a martelé mardi M. Trump. Alors que le combat entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump fait rage, les femmes ont très clairement choisi leur camp. "Nous allons annuler des milliards et des milliards de paiements aux programmes des Nations unies sur le changement climatique, et nous utiliserons l'argent pour améliorer les infrastructures environnementales des États-Unis, notamment l'aquifère de Floride", a-t-il promis. "Quand nous gagnerons, votre voix se fera entendre dans les couloirs de Washington (la capitale américaine) et dans le monde entier". Au menu des quatre, voire huit prochaines années: des hausses d'impôts, du salaire minimum, une activité bancaire et financière plus encadrée, en particulier le shadow banking et les hedge funds, un contrôle plus rigoureux des prix des médicaments, voire leur renégociation, l'achèvement de la mise en place de l'Obamacare, l'embryon de sécurité sociale du pays, et la priorité donnée aux énergies renouvelables au détriment du charbon, du pétrole et du gaz.

Trois sondages publiés le 26 octobre montrent des résultats totalement différents au niveau national, en termes d'intentions de vote, pour les principaux candidats à l'élection présidentielle du 8 novembre.

Dans une note révélée lundi, la directrice de campagne de Mme Clinton en Floride, Simone Ward, souligne que les démocrates ont enregistré près de 692.000 électeurs supplémentaires depuis 2012, contre 593.000 pour les républicains. "Nous devons mettre fin aux dysfonctionnements qui paralysent Washington", a lancé la candidate.

Mais elle n'est pas la seule à s'attirer ses foudres tweeteuses: le Républicain Ted Cruz ("he should drop out of the race-stop wasting time & money", "Made all sorts of crazy charges", "really went wacko today"), le Démocrate Bernie Sanders ("he would be so easy to beat!", "a disaster", "wacko", "can't even defend his own microphone"), les médias CNBC ("crazy", "fictitious polling numbers", "continues to report fictious poll numbers") et CNN ("Fraud", "totally dishonest!", "Really pathetic", "everyone knows they are biased") mais aussi des dizaines d'autres en prennent pour leur grade. Il ne suffit pas "qu'Hillary gagne". Nous ne voulons pas qu'elle passe de justesse, surtout quand l'autre commence à râler en affirmant que le jeu est truqué.

Recommande: