Pétrole: les statistiques américaines pèsent toujours

06 Novembre, 2016, 02:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • La production de pétrole russe à un nouveau pic en octobre | Crédits

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre perdait 39 cents à 44,27 dollars.

Vers 09H30 GMT, le Brent a atteint 47,36 dollars et le WTI 45,88 dollars, tous deux à leurs plus bas depuis le 28 septembre et l'annonce par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'un accord de limitation de la production. Dans la mi-journée d'hier, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier 2017, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 48,80 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 19 cents par rapport à la clôture d'avant-hier.

Plusieurs sources au sein de l'Opep ont déclaré à Reuters que les tensions entre Saoudiens et Iraniens avaient ressurgi lors d'une réunion technique la semaine dernière, Ryad menaçant d'augmenter fortement sa production pour faire baisser les cours si Téhéran refusait de plafonner sa production.

Enfin, l'Opep n'a toujours pas indiqué comment elle comptait réduire sa production, en vue du rétablissement annoncé de ses quotas.

Certes l'Arabie saoudite, acteur dominant du cartel, "a relevé ses prix vers ses clients asiatiques et cela peut être perçu comme une manière de témoigner de son engagement à parvenir à une baisse de la production", des tarifs plus élevés supposant une offre moindre, a rapporté Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Cette masse de rumeurs semble finalement avoir déboussolé un marché déjà déprimé à l'issue d'une semaine catastrophique pendant laquelle il a totalement effacé son embellie d'octobre, également liée à l'espoir de voir des producteurs extérieurs à l'Opep rejoindre l'accord. Le cartel pétrolier tiendra une réunion officielle à Vienne le 30 novembre.

Les stocks commerciaux de brut américains ont décollé de près de 14,5 millions de barils la semaine passée alors qu'ils étaient n'attendus en hausse que d'un million d'unités environ.

Recommande: