Mali : l'attaque qui a fait un mort parmi les militaires français

06 Novembre, 2016, 01:07 | Auteur: Lynn Cook
  • Mali: un soldat français tué par l'explosion d'une mine dans le nord du pays

Ce décès porte à 18, le nombre de militaires tués depuis le début de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013.

Le convoi d'une soixantaine de véhicules se dirigait vers Abeïbera (140 km au nord-est de Kidal) lorsque l'explosion s'est produite au passage d'un des véhicules, a précisé le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Patrik Steiger. Il s'agit d'un sous-officier du 515e régiment du train de la Braconne, une base située près d'Angoulême, en Charente.

Une source militaire étrangère au Mali à déclaré à l'AFP que le militaire français décédé faisait partie d'une mission de l'opération Barkhane au nord-est de Kidal. Manuel Valls a également tweeté: "Toute mon estime à ceux qui nous défendent". Affecté depuis 2008 au 515e TR, il avait enchaîné des missions au Sud-Liban, en Afghanistan et au Mali, une première fois en 2013, puis une seconde depuis le 7 octobre en qualité de sous-officier adjoint de peloton de circulation et d'escorte, chargé de la protection des acheminements logistiques.

L'opération Barkhane a été lancée en août 2014 - en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad. Les dernières victimes remontaient au mois d'avril, quand trois soldats avaient eux aussi été tués par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule blindé, à l'approche de la ville de Tessalit, également dans le nord du Mali. Outre les "rivalités entre Touaregs" signataires, on assiste à une "recrudescence de groupes terroristes liés à Al-Qaïda, organisés autour de Iyad ag Ghali", a relevé récemment un responsable français. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: