Le Goncourt pour Leïla Slimani, le Renaudot pour Yasmina Reza

04 Novembre, 2016, 00:53 | Auteur: Sue Barrett

Yasmina Reza, lauréate du Prix Renaudot 2016 pour Babylone (Flammarion), met magistralement en lumière l'énigme des êtres lorsqu'un événement extraordinaire surgit dans un quotidien banal à travers le récit d'un fait divers aussi dramatique que loufoque servi par un véritable art du détail.

La consécration pour une grande femme de lettres. C'est un roman terrifiant qui se lit comme un thriller. "Pour moi, Babylone, c'est le monde des disparus, des émotions qu'on aurait pu vivre, de toute cette humanité derrière nous", expliquait récemment l'auteur français le plus joué dans le monde, au cours d'un entretien avec l'AFP.

Dans un dispositif romanesque bien établi, Yasmina Reza parvient à asseoir toute sa panoplie de cruauté théâtrale, poursuit-il en substance. Dans ce livre à clefs paru début octobre, il est question d'un journal appelé L'Obsolète, dont la figure tutélaire est "Jean Joël" et le directeur de la rédaction "Matthieu Lunedeau". C'est la quatrième fois en vingt ans qu'une femme remporte le prix le plus prestigieux de la littérature française.

Jamais ils ne seront cités, mais on pense évidemment au trio d'actionnaires de L'Obs, Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Xavier Niel.

Recommande: