Grève reconduite à iTELE à 81% des voix — Affaire Morandini

30 Octobre, 2016, 04:02 | Auteur: Sue Barrett

Lundi, ils avaient voté pour la grève à 85% des voix.

Malgré la grève, en l'absence de presque tous les salariés, la première de "Morandini Live", émission consacrée aux médias, a bien eu lieu lundi soir, comme le voulait, contre vents et marées, Vincent Bolloré, patron de la chaîne. Une nouvelle AG est prévue mardi matin.

Seule allusion au conflit, tout en donnant rendez-vous aux téléspectateurs pour le lendemain, il a "remercié les équipes d'iTELE même si cela n'a pas été facile".

A la mi-journée, La chaîne rediffusait des magazines et JT réalisés avant le vote.

Signe du malaise à iTELE, Alexandre Ifi, directeur adjoint de la rédaction, a annoncé lundi son départ pour la mi-novembre. Leurs revendications dépassent désormais largement la demande de suspension de Jean-Marc Morandini, à l'antenne depuis lundi, malgré sa mise en examen pour "corruption de mineurs aggravée". Jeudi soir, dans Morandini Live sur iTélé, l'animateur s'est justifié sur l'intervention d'une certaine Samantha, mardi, en "duplex" des Etats-Unis, présentée comme une "spécialiste de la télévision américaine". Ce que soulevait d'ailleurs déjà Antoine Genton, président de la SDJ de iTélé hier lors d'une allocution devant les locaux de la chaîne.

Un premier bras de fer avait opposé, en juin 2016, la rédaction et la direction d'Itélé, au sujet d'un plan de réduction des effectifs. "Nous attendons un geste, mais pour l'instant elle nous ignore", a-t-il ajouté. Selon lui, il aurait été approché par le site Génération Gay, dont Jean-Marc Morandini était l'un des actionnaires, pour réaliser une série de photographies à caractère érotique. "Nous sommes entre ses mains, il décide de tout", a regretté un représentant de +Libres.

Quelques jours suite à cette annonce, les journalistes de la chaîne soumettent une motion de défiance contre la direction soutenue par 92% des journalistes. Par conséquent, la direction propose un départ pour "clause de conscience" aux journalistes qui ne souhaitent pas travailler avec l'animateur.

Le choix de la chaîne fait pourtant débat alors que d'autres employeurs de l'animateur comme Europe 1 (Lagardère ) et NRJ 12 (NRJ Group ) ont choisi de le suspendre de l'antenne le temps de la procédure judiciaire. Des révélations qui avaient provoqué consternation et moqueries de la part des internautes et de la sphère médiatique, dont Bertrand Chameroy qui avait parodié Morandini dans son émission OFNI (voir ci-dessus).

Recommande: