Où vont aller les migrants évacués — "Jungle" de Calais

26 Octobre, 2016, 07:00 | Auteur: Sandy Vega
  • FRANCE-EUROPE-MIGRANTS-BRITAIN-CALAIS-DEMOLITION

Les évacuations de migrants ont repris mardi matin dans la "jungle" de Calais.

Dans "le calme" et "la maîtrise".

Sous le regard de plus de 800 journalistes accrédités ayant fait le déplacement dans la "Jungle " de Calais, l'opération de "mise à l'abri des migrants", selon la terminologie du ministère de l'Intérieur, s'est déroulée ce lundi de manière très maîtrisée, dans un grand déploiement de forces de l'ordre, y compris quelques officiers britanniques, et avec l'appui des associations.

Ils ont été soit dirigés, pour les majeurs, vers des centres d'accueil et d'orientation (CAO) partout en France, soit installés, pour les mineurs, dans le centre en dur de Calais.

L'opération a commencé autour du Centre d'accueil provisoire (CAP), formé de conteneurs, et où sont désormais logés les mineurs.

Le ministre en a profité pour donner d'autres chiffres sur la gestion du camp. Ils seront 45 mardi puis 40 mercredi. Le camp accueille entre 6.400 et 8.100 habitants, venus en majorité d'Afghanistan, du Soudan et d'Erythrée. " Je voulais partir depuis un moment mais il n'y avait pas de place, maintenant c'est possible ", dit Idriss, la vingtaine, parti avec un petit groupe de Soudanais.

D'autres, en revanche, sont récalcitrants. "Je suis mineur, je veux passer en Grande-Bretagne, les bus ne m'intéressent pas", dit-il avant de faire demi-tour vers le campement.

Une estimation proche de celle France terre d'asile, une association opérant notamment à Calais. "Je ne comprends pas".

Sur ce point, le ministre a annoncé une percée: le Royaume-Uni accueillera "tous les mineurs isolés" de la "Jungle" de Calais "dont les attaches familiales en Grande-Bretagne sont établies", a-t-il dit.

"Près de 1.000 mineurs isolés sont en sécurité", peut-on lire dans le communiqué ministériel publié mardi soir. " Le gouvernement pense qu'en détruisant, cela va régler le problème migratoire, mais c'est une erreur: une bonne partie des gens qui vont partir reviendront, sans compter qu'il y a toujours de nouveaux arrivants, environ 30 par jour " déplore le responsable associatif.

"En raison des opérations menées à Calais, et à la demande des autorités françaises, nous avons accepté avec réticence la suspension temporaire du processus" d'accueil de migrants mineurs non accompagnés, a fait savoir le porte-parole du Bureau de l'Intérieur du Royaume-Uni au journal britannique The London Evening Standard, en début d'après-midi du lundi 24 octobre. L'État a ouvert des centres de rétention, qui sont des prisons.

Quelque 1.250 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour cette opération qui a suscité des heurts sporadiques dans la nuit, avec quelque 120 grenades lacrymogènes tirées, selon une source policière. L'enregistrement se fait dans un hangar à 300 mètres du camp: "L'ouverture était prévue à 8h00 mais dès 6h00, des migrants étaient présents pour commencer leur enregistrement", précise Franck Esnee, chef de mission à Médecins Sans Frontières (MSF).

Recommande: