Obama prédit une bataille "difficile" à Mossoul — Irak

25 Octobre, 2016, 01:21 | Auteur: Lynn Cook

Les forces irakiennes "avancent plus vite que ce que nous avions escompté et programmé" vers Mossoul, a déclaré le Premier ministre irakien en duplex depuis Bagdad, à l'occasion de l'ouverture d'une réunion de haut niveau à Paris sur l'avenir politique de la deuxième ville irakienne.

Des chefs jihadistes ont quitté la ville de Mossoul ciblée par une offensive des forces irakiennes, et ce sont surtout des jihadistes étrangers qui défendront la place, a indiqué mercredi un général américain de la coalition internationale.

Forces gouvernementales et peshmergas kurdes, dont l'offensive a débuté lundi, progressent de façon continue en direction de Mossoul, tombée en juin 2014 aux mains des djihadistes.

Avançant en convois de véhicules blindés à travers les plaines arides entourant la deuxième ville d'Irak et appuyées par des bombardements aériens de la coalition internationale antijihadistes menée par les Etats-Unis, les forces irakiennes ont pénétré dans des villages où l'EI tente de résister, a constaté un journaliste de l'AFP.

Abou Imad, un autre habitant, a lui fait état de hausses des prix et de dévaluation du dinar irakien au marché noir.

Alors que la bataille lancée par les forces irakiennes pour reprendre Mossoul à Daech fait rage, des images prises à l'aide d'un satellite permettent de mieux comprendre la stratégie des deux camps.

"Face aux inquiétudes exprimées sur le " jour d'après " à Mossoul, dans un pays où les rivalités entre communautés se sont à plusieurs reprises soldées par des cycles de violence, le chef du gouvernement irakien s'est voulu rassurant".

Au sud, les forces irakiennes progressaient vers la vallée du Tigre et rencontraient un certain nombre de civils en fuite. Plusieurs organisations humanitaires ont réclamé l'instauration de couloirs sécurisés pour que les civils puissent fuir les combats.

Les habitants joints par l'AFP affirment en outre que de nombreuses rues sont fermées à la circulation la nuit et à moitié vide en journée.

Des centaines de chrétiens irakiens, qui avaient dû fuir Qaraqosh, au sud de Mossoul, ont célébré mardi avec des danses et des chants l'opération de l'armée pour reprendre la ville aux mains des jihadistes. "De nombreux villages ont été libérés", a indiqué Sabah El-Numan, le porte-parole des services de contre-terrorisme irakien, une des unités d'élite mobilisées. Abou Abdallah, un villageois, a demandé à un policer une cigarette, également bannie sous le règne du groupe EI. "On estime que 200 000 personnes pourraient être déplacées dans les premières semaines de l'offensive, et jusqu'à un million dans l'hypothèse la pire", a-t-il poursuivi. Mais des groupes plus importants de personnes ont fui des zones autour de la métropole et trouvé refuge dans des secteurs plus sûrs, y compris en Syrie voisine, pourtant en guerre.

Cet évènement a révélé au grand jour l'échec complet des forces armées irakiennes ainsi que de l'entraînement qu'elles étaient censées avoir reçu de la part des Etats-Unis.

Recommande: