L'offensive pour reprendre Mossoul à Daech a commencé — Irak

17 Octobre, 2016, 04:02 | Auteur: Lynn Cook

La bataille de Mossoul, dernière ville encore contrôlée par l'EI en Irak, devrait débuter dans quelques jours, rapportait vendredi l'agence officielle turque Anatolie.

S'adressant aux habitants de la région de Mossoul, il a lancé: "Je déclare aujourd'hui le début de ces opérations victorieuses pour vous libérer de la violence et du terrorisme de Daesh", acronyme arabe de l'Etat islamique (EI). Le Premier ministre, qui est le commandant en chef des forces armées, était entouré par de hauts responsables militaires irakiens pendant qu'il lisait sa déclaration. Les forces progouvernementales, soutenues par la coalition, s'apprêtent à lancer une offensive d'envergure pour reprendre Mossoul aux djihadistes, qui impliquera de nombreuses forces irakiennes parfois rivales telles que l'armée, la police, des combattants peshmergas kurdes ainsi que des milices sunnites et chiites.

Des dizaines de milliers " de tracts, des journaux et de magazines contenant des nouvelles (.) ont ainsi été largués à l'intention des habitants " de cette ville du nord de l'Irak, a indiqué le centre du commandement des opérations qui a distribué des images de ces tracts. "La force qui mène les opérations de libération est la courageuse armée irakienne avec la police nationale, et ce sont elles qui entreront dans Mossoul, pas d'autres", a déclaré Haider al-Abadi.

Objectif: préparer les habitants à l'offensive qui doit permettre de reprendre à Daech cette ville dont les terroristes ont fait leur principal fief en Irak. Ils les invitent notamment à mettre du ruban adhésif sur leurs fenêtres afin de prévenir les éclats de verre, et à éviter les endroits où des raids aériens se déroulent.

Des largages de tracts similaires ont déjà eu lieu à Mossoul et dans d'autres villes tenues par Daech que l'armée irakienne cherchait à reconquérir. L'ONU estime que jusqu'à un million de personnes pourraient être déplacées. D'autant qu'en essayant de fuir la ville, les habitants risquent aussi d'être pris dans le feu croisé des deux camps ou utilisés comme boucliers humains par l'EI.

Recommande: