La Wallonie s'en mêle — Libre-échange

15 Octobre, 2016, 00:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Des manifestants contre les traités de libre-échange CETA et TTIP à Berlin le 12 octobre 2016  AFP

" Je ne donnerai pas les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral et la Belgique ne signera pas le CETA le 18 octobre", a martelé juste avant le vote le chef du gouvernement wallon, le socialiste Paul Magnette.

La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a donné jeudi son feu vert au gouvernement allemand pour qu'il approuve l'application provisoire de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne (UE) et le Canada (Ceta), mais sous conditions. Impossible pour le gouvernement fédéral belge de signer l'accord de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada le 27 octobre prochain, en raison du veto d'un des sept parlements du pays.

"Vous n'avez pas le sens de l'Etat, vous prenez en otage la Belgique et l'Europe", l'a tancée sa collègue libérale Virginie Defrang-Firket, estimant que la région wallone, après ce vote, allait devenir le "Cuba de l'Europe".

Et le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, a pointé le risque d'isolement de la Belgique. "Cela m'embête pour l'avenir de l'Europe, pourquoi ajouter une crise en plus?", s'est-il interrogé.

PRESSION Les Wallons demandent une réouverture des négociations.

Et il pose deux conditions pour que son assemblée valide le texte: que la "déclaration interprétative" ait la même valeur juridique que le traité lui-même et que l'UE "abandonne" officiellement les négociations visant à conclure avec les États-Unis le très controversé accord commercial dit "TTIP" (ou Tafta), dont le Ceta ne serait selon ses adversaires qu'un précurseur.

Paul Magnette pourra à nouveau en discuter avec François Hollande, qui l'attend à l'Elysée vendredi en fin d'après-midi. Au-delà, le CETA se traduirait par un développement massif des cultures et importations d'OGM, dont le Canada est le 3e producteur mondial, et par un affaiblissement de la réglementation sanitaire et environnementale au profit des multinationales.

Les ministres du Commerce européens réunis mardi ont indiqué que pour entrer en vigueur, le CETA devait être signé par tous les pays membres du bloc. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: