Les "sans-dents": Valérie Trierweiler exhume un SMS de François Hollande

13 Octobre, 2016, 01:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Valérie Trierweiler regarde son portable à la Rochelle lors du départ de La Solitaire du Figaro le 6 juillet 2016&copyXavier Leoty AFP

Ce mercredi matin, Le Parisien révélait des extraits du livre "Un président ne devrait pas dire ça." de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au Monde, qui y relatent leurs conversations privées avec François Hollande.

"Elle m'a dit: 'Tu m'as trahie en m'abandonnant, je te trahis en publiant'", aurait raconté François Hollande.

"C'est quoi ça?" En fin de matinée, Valérie Trierweiler réagissait aux déclarations de François Hollande retranscrites dans l'ouvrage "Un président ne devrait pas dire ça".

Depuis la publication en septembre 2014 du pamphlet Merci pour ce moment (Les Arènes) par son ancienne compagne Valérie Trierweiler, le terme colle à la peau du chef de l'État, qui veut à tout prix s'en débarrasser. "Lui, l'homme de gauche, dit en privé les "sans-dents", très fier de son trait d'humour". Il estime que cette affaire était " l'acte d'une femme malheureuse" et explique ce qu'il s'est vraiment passé selon lui: "Je lui ai dit: je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, il sont sans dents". Pour certifier qu'elle n'avait pas déformé les propos de François Hollande, la journaliste n'a pas hésité à exhumer un SMS que lui aurait écrit ce dernier en 2005. Dans ce bouquin, le chef de l'Etat revient justement sur l'épisode des "sans-dents" révélé par Valérie Trierweiler. "Notamment chez les anciens", avait-elle déclaré. Mon grand-père paternel, lui, était instituteur, issu d'une famille de paysans pauvres du nord de la France.

France
France"Sans-dents: Trierweiler répond à Hollande en publiant un SMS PolitiqueValérie Trierweiler révèle un message attribué à Hollande sur les"sans-dents

Bien évidemment, tout Twitter ne parle que du tweet de Valérie Trierweiler publié ce 12 octobre à 11h40.

Une version que n'a pas du tout appréciée Valérie Trierweiler.

Lui qui se surnomme lui-même "le spectre de l'Élysée" mais qui ne renonce pas pour autant, lui qui accepte le combat politique et le "Hollande bashing" de la part de ses adversaires au point d'envisager de se représenter en 2017, n'avait pas besoin de ce coup terrible porté par son ancienne compagne. "L'obsession de Valérie, ce n'était pas Julie (Gayet) ou une autre, c'était Ségolène", se livre François Hollande qui fait l'éloge de la mère de ses enfants.

Recommande: