Donald Trump dans la tourmente — USA

10 Octobre, 2016, 00:44 | Auteur: Lynn Cook
  • Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, aborde dimanche en très mauvaise posture un débat télévisé pourtant crucial contre sa rivale démocrate Hillary Clinton

Il aborde ce dimanche en très mauvaise posture le deuxième débat télévisé prévu face à Hillary Clinton. "Mécontent de lui après son premier duel avec Hillary Clinton, Donald Trump a, dans un premier réflexe, envisagé de durcir ses attaques lors du suivant", rapporte le journal français Le Figaro.

Le magnat de l'immobilier et actuel candidat républicain à la Maison Blanche y tient des propos dégradants, vulgaires, machistes et sexistes envers les femmes.

Néanmoins, Donald Trump a balayé toute idée d'abandonner la course pour la présidence des États-Unis, malgré la tempête provoquée par ses propos. Le candidat républicain a dû s'excuser pour des propos obscènes de 2005 où il se vante d'abuser des femmes.

"J'ai voulu soutenir le candidat que notre parti a nommé".

Donald Trump confie aussi ne pas pouvoir s'empêcher d'embrasser les belles femmes et d'avoir tenté de séduire sexuellement une femme mariée, en recourant là-encore à un mot vulgaire. "Je m'excuse auprès de tous ceux qui sont blessés", a déclaré Donald Trump. "Nous écrirons le nom d'un bon républicain conservateur qui est qualifié pour être président", ajoute-t-il sans autre précision.

Il minimise la portée de ses propos en prétextant que ce ne sont que des mots et non pas des gestes concrets.

Parmi ces derniers figurent John McCain et Mitt Romney, deux anciens candidats à la Maison Blanche, Arnold Schwarzenegger, ancien acteur et ex-gouverneur de Californie, ou encore l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

Des excuses visiblement jugées insuffisantes dans les rangs des républicains. "J'espère que M. Trump traitera cette situation avec le sérieux qu'elle mérite et s'efforcera de démontrer au pays qu'il a plus de respect pour les femmes que cette vidéo ne le suggère".

Cette sortie de Mike Pence survient alors que le milliardaire voit ses appuis s'effriter au sein du camp républicain. Bill Clinton m'a dit des choses bien pires sur le terrain de golf (.) Je présente mes excuses si quelqu'un a été blessé (par ces propos)', a dit Donald Trump dans un communiqué. Certains commentateurs et médias se demandent carrément si ce n'est pas la fin définitive des chances de Trump de gagner le 8 novembre prochain voire la fin toute simple de sa candidature. "Hillary dit que les propos de Trump sont 'horribles' alors qu'elle vit et protège un 'violeur'". Mais les soutiens semblaient, au contraire, quitter le navire Trump.

Publié par Jamila CHAFII le 9 octobre 2016.

C'est pourquoi le parti envisage la possibilité de proposer un autre candidat à sa place, par le biais de l'application de la " règle numéro neuf", qui réglemente la nomination des candidats pour les postes disponibles. Le public posera des questions aux candidats qui auront deux minutes pour y répondre. Aucune coupure publicitaire. Applaudissements de l'auditoire interdits.

Cette fois, la polémique semble avoir des conséquences directes. Martha Raddatz, journaliste de la grande chaîne ABC, spécialiste des affaires internationales, 63 ans.

En plus des électorats hispanique, musulman et noir américain, le candidat repousse particulièrement les électrices.

L'homme d'affaires l'avait notamment qualifiée, selon la jeune Vénézuélienne devenue Miss Univers en 1996, de "Miss Piggy", parce qu'elle avait pris du poids, ou de "Miss femme de ménage", en référence à ses origines.

Mais très peu de personnalités républicaines ont appelé au retrait du candidat du scrutin, une éventualité peu réaliste. "Je participerai mais il ne devrait pas être modérateur".

Recommande: