Top 14: le Racing 92 retrouve le sourire sur le terrain

09 Octobre, 2016, 03:26 | Auteur: Sue Barrett
  • Camille Chat inscrit un essai pour le Racing 92 dans le derby francilien contre le Stade Français à Colombes le 8 octobre 2016  AFP

Les deux derniers champions de France galèrent, le Racing à la 9e et le Stade à la 11e place du classement.

"L'humain est touché", a déclaré samedi l'entraîneur des arrières du Racing 92, Laurent Labit, après les révélations la veille du journal L'Equipe selon qui des traces de corticoïdes avaient été retrouvées fin juin dans les urines de trois joueurs du club.

Car même si le club a assuré que le traitement administré était "autorisé" et prodigué "en réponse à des pathologies avérées", il y avait meilleur contexte pour préparer ce match finalement remporté sur un essai en force à une minute de la fin de Camille Chat. Dans un entretien accordé au Figaro, Laurent Labit, coentraîneur du Racing, revient sur cette rencontre et espère que le Bouclier de Brennus restera dans l'une des deux équipes. "On ne peut pas être indifférent à ce genre de choses parce que ce sont des choses graves".

Maxime Machenaud a finalement bien résumé le sentiment des Racingmen au coup de sifflet final du derby contre le Stade Français ce samedi après-midi, en ouverture de la 8e journée de Top 14: "On a eu très chaud!". Il y a des choses qui se racontent entre les clubs, les présidents, les partenaires, les supporters... Revenus aux vestiaires seulement menés de 6 longueurs, les Racingmen étaient bien conscients de leur chance, tant ils n'ont pas vu le jour en première période, dominés de la tête et des épaules par des Parisiens jamais vus aussi bons à l'extérieur cette saison.

Ils n'ont ainsi passé que quelques secondes dans les 22 mètres du Stade Français, uniquement lorsque Juan Imhoff, justement - Rokocoko était aussi titulaire alors que Carter était en tribunes, blessé - a intercepté une passe hasardeuse de Julien Dupuy pour filer aplatir (7e).

Leur seconde période a été meilleure. Dans la foulée, Machenaud se charge, très cruellement, de priver les Parisiens du bonus en transformant l'essai (80e). On a été touché. Et qui donnera sans doute à Machenaud et ses coéquipiers un peu de baume au coeur après un début de week-end où les projecteurs n'étaient pas braqués sur le terrain.

Recommande: