L'Europe met en place un nouveau corps de gardes-frontières — Migrants

08 Octobre, 2016, 02:54 | Auteur: Lynn Cook
  • Un an après un afflux inédit de demandeurs d'asile aux portes de l'UE un nouveau corps européen de gardes-frontières entre en service ce jeudi pour mieux protéger les frontières de l'Union

Le nouveau corps de gardes-frontières aura des effectifs d'un millier de personnes, le double du personnel mis à la disposition de Frontex. Elle ne possède pas ses propres gardes, mais peut faire appel à des équipes et des moyens techniques fournis par les États membres. Le nouveau corps pourra également envoyer des agents dans des pays hors de l'UE afin de lancer des opérations. Imaginée il y a un an, cette agence a été mise en place dans un délai extrêmement rapide - comparativement aux standards habituels des procédures européennes -, notamment en raison de la pression de l'Allemagne et des pays du sud de l'Europe. Elle jouera aussi un rôle accru dans la coordination des opérations de renvois de migrants irréguliers vers leurs pays d'origine. Ces derniers jours, plus de 10.000 migrants ont ainsi été secourus en Méditerranée. Ils sont environ 60 000 en Grèce tandis que 140 000 personnes ont traversé la Méditerranée vers l'Italie cette année.

La Bulgarie est en train de prolonger une haute clôture barbelée destinée à couvrir la plus grande partie des 259 kilomètres de frontière avec la Turquie.

Elle aura également une mission de prévention de la criminalité transfrontalière, avec la possibilité de collecter et traiter des données sur des personnes soupçonnées d'activités criminelles ou en situation irrégulière, et de les partager avec les Etats membres et Europol. Le flux migratoire y est en baisse de 20% à 30% par rapport à 2015.

Elle mènera un audit des frontières extérieures pour "identifier les points de vulnérabilité avant qu'une crise se produise", a-t-il ajouté.

Si le pays visé refuse, il n'est pas question d'y envoyer des gardes-frontière contre son gré, mais les autres pays, notamment ses voisins, pourraient être autorisés à réintroduire des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen. Dans les situations d'urgence qui menacent le fonctionnement de l'espace Schengen et si les insuffisances ne sont pas corrigées, l'agence pourra intervenir pour que des mesures soient prises sur le terrain même si l'État membre concerné ne sollicite pas son assistance ou qu'il considère qu'une intervention supplémentaire ne s'impose pas. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: