Hillary Clinton reprend de l'avance dans les sondages — Présidentielle US

08 Octobre, 2016, 02:23 | Auteur: Lynn Cook

Les effets du débat se font rapidement sentir dans les sondages. Parmi les votants, la catégorie des plus jeunes, les moins de trente ans, semble avoir massivement migré vers le camp de la démocrate.

Néanmoins, il ne serait pas raisonnable de sous-estimer les points marqués par Donald Trump, surtout au début du débat.

Profondément républicain, le Chicago Tribune, lui, a décidé de se ranger derrière le candidat libertarien Gary Johnson, estimant également que Donald Trump n'était "pas en capacité" de diriger le pays.

Ceux qui ne veulent pas d'Hillary Clinton parce qu'ils ont une haine vis-à-vis d'elle largement irrationnelle mais teintée cependant de sexisme (comme celle vis-à-vis d'Obama qui est teintée de racisme) sont aussi ceux qui ne veulent pas des démocrates à la tête du pays parce qu'ils sont trop "liberals" (centre-gauche) au niveau des mœurs en particulier.

Du côté d'Hillary Clinton, les mouvements d'épaule et les regards d'agacement de la candidate étaient reproduits à la perfection. Il coupe la parole une bonne cinquantaine de fois à son adversaire.

Le temps presse pour Donald Trump.

Les deux candidats débattront à nouveau dimanche prochain. Un peu maigre comme argument de défense. Il coupa ainsi la parole de Clinton à 29 reprises. Ce sera la 58e élection présidentielle américaine depuis 1788.

Les équipes de campagne du candidat ont réagi rapidement. "Quand il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, rétorque Hillary Clinton, un cessez-le-feu, la libération de dissidents (.) ou même qu'il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d'énergie" lui renvoie-t-elle. Il fut par ailleurs frappant de remarquer la pauvreté de ses réponses. "Est-ce que Trump aurait dû citer les conflits d'intérêts de la fondation Clinton?"

Un avantage considérable pour la candidate qui a le vent en poupe depuis le débat de lundi. "Sa directrice de campagne doit s'arracher les cheveux". La mise en lumière par Hillary Clinton de ce mélange incohérent que constitue l'univers perpendiculaire de l'Alt-Right devrait condamner les "trolls" trumpistes à rester dans les abysses d'internet. Je vais être tellement calme, tellement présidentiel ce soir, que vous tous devant votre écran allez mouiller vos jeans.

Chez les électeurs indépendants (qui ne sont ni encartés démocrate, ni républicain), Donald Trump avait, avant le débat, une avance de 12 points de pourcentage (35% à 23%).

Recommande: