Les fonctionnaires sont encore très privilégiés — Retraite

07 Octobre, 2016, 03:42 | Auteur: Aubrey Nash
  • Plus gros bataillon de fonctionnaires les enseignants constituent la moitié des effectifs de la fonction publique d'État

Réformer sans révolutionner: le rapport de la Cour des comptes sur les retraites des fonctionnaires, publié jeudi, appelle à augmenter de manière significative les cotisations pour permettre au système de perdurer. Le texte rapporte que les dépenses de retraite des fonctionnaires (d'Etat, territoriaux et hospitaliers) représentaient 58 milliards d'euros en 2014 (contre 180 à 190 milliards d'euros pour les salariés du privé, ndlr) contre 16 milliards d'euros en 1990.

Ce poste de dépense représente aujourd'hui 5,6% de la dépense publique et 2,7% du PIB.

Les dépenses de retraite des fonctionnaires se sont fortement accrues au cours des 25 dernières années, sous l'effet d'une diminution du nombre de cotisants associée à une progression du nombre de retraités et d'une hausse du montant des pensions versées.

Pour éviter un tel déficit, le rapport estime que le taux de cotisation (employeur + salarié) devrait passer d'un peu moins de 40% aujourd'hui à 50% voire 56% dans la FPT et la FPH, et rester très élevé dans la FPE, atteignant 70% dans le meilleur des cas contre plus de 80% aujourd'hui.

Ces évolutions globales recouvrent cependant des disparités non seulement entre les secteurs public et privé, mais aussi au sein même de la fonction publique et "les projections à un horizon de long terme ne permettent pas de s'assurer que cette convergence soit durable", note la Cour.

Sans remettre en cause l'existence des régimes spéciaux des fonctionnaires, la cour identifie sept "leviers" afin d'"ajuster" progressivement certains paramètres dans le calcul des pensions des fonctionnaires: l'élargissement de l'assiette des cotisations et de calcul des pensions par l'intégration d'une partie des primes, la suppression de certaines bonifications, l'évolution de différentes règles relatives aux catégories actives (700.000 fonctionnaires bénéficiant d'un statut spécial en fonction des risques spécifiques liés à leur métier comme les policiers) ou l'harmonisation progressive des droits familiaux et conjugaux.

Autre sujet abordé, sensible s'il en est: l'alignement des retraites du secteur public sur le secteur privé.

La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, ne souffle pas sur les braises. Par contre, un effort notable a été relevé par la Cour des comptes sur les "taux de remplacement" salaire/traitement et pension de retraite entre privé et public.

Recommande: