Toulouse commémore les 15 ans d'AZF, avant un 3e procès controversé

25 Septembre, 2016, 01:49 | Auteur: Sandy Vega
  • L'usine AZF de Toulouse a été détruite le 21 septembre 2001 dans une explosion de nitrate d’ammonium

L'explosion, qui aurait été ressentie jusqu'à 75 km de distance, fait 31 morts et près de 2.500 blessés, ainsi que de nombreux dégâts matériels (environ 1.300 entreprises et 26.000 logements sinistrés), évalués entre 1,5 et 2,3 milliards d'euros, selon la base de données publique ARIA, qui répertorie les principaux accidents technologiques. Il s'agit de la plus grande catastrophe industrielle en France depuis 1945. Plusieurs gerbes ont été déposées au pied du monument, de la part d'élus et d'associations de victimes mais de certaines seulement car, comme chaque année, les hommages ont eu lieu en ordre dispersé, montrant les divergences récurrentes sur l'explication du sinistre, entretenues par un suspense judiciaire persistant. Depuis toutes ces années, "la justice ne s'est toujours pas prononcée" définitivement, souligne le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR). La sirène va retentir à 10h17, il y aura une lecture des noms des 31 victimes, des dépôts de gerbes ainsi qu'une minute de silence sur le site du Mémorial d'AZF qui a été un peu réaménagé cette année. "On ne sait toujours pas ce qui s'est passé, 15 ans après", résume ainsi Jacques Mignard, le président de "Mémoire et solidarité", l'association des salariés d'AZF qui tenait sa propre cérémonie à une trentaine de mètres du mémorial officiel. Ce mercredi 21 septembre, plus de 200 personnes se sont réunies pour commémorer cette catastrophe.

Le 3e procès devrait être filmé et retransmis sur grand écran à Toulouse, mais ce dépaysement est dénoncé à la fois par l'association des familles endeuillées d'AZF et par l'association des sinistrés du 21 septembre.

Un premier procès a eu lieu en 2009, au cours duquel le directeur du site Serge Biechlin avait été relaxé au bénéfice du doute. Mais ce jugement a été invalidé en 2015 par la Cour de cassation, l'impartialité de l'un des magistrats chargé de juger l'affaire ayant été remise en cause.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: