France : l'évolution du PIB révisée à la baisse à - 0,1% au deuxième

25 Septembre, 2016, 02:25 | Auteur: Aubrey Nash
  • LE PIB A RECULÉ AU 2E TRIMESTRE

Selon la troisième estimation de l'Insee, le produit intérieur brut a reculé de 0,1% sur la période.

Ce recul durant le second trimestre est-il de nature à modifier la prévision de croissance du gouvernement, qui base son budget 2017 sur un taux de 1,5%?

"Et si l'on n'a pas 1,5% de croissance à la fin de l'année, il sera difficile d'avoir 1,5% en 2017", faute d'élan pour démarrer l'année, ajoute l'économiste.

Ce chiffre, qui s'explique par " l'intégration d'indicateurs indisponibles lors de la deuxième estimation et par l'actualisation des coefficients de corrections des variations saisonnières ", contraste avec la forte croissance du premier trimestre, qui avait atteint 0,7 %. Au premier trimestre, elles avaient connu une forte hausse (+1,1%).

"Cela implique d'avoir une croissance soutenue sur les deux derniers trimestres de l'année", de l'ordre de 0,4% pour l'un comme pour l'autre, reconnaît Ludovic Subran, qui juge ces objectifs atteignables.

Les importations françaises diminuent nettement (-1,8% après +0,2%) tandis que les exportations augmentent légèrement (+0,2% après -0,4%). Résultat: " le solde extérieur contribue positivement à la croissance du PIB ".

Parallèlement, le taux de marge des sociétés non financières s'est tassé, passant de 32,1% à 31,7%, sur fond de repli de la productivité apparente du travail.

Fin juin, l'acquis de croissance pour 2016 s'établissait à 1,1% compte tenu du début d'année plus dynamique, a par ailleurs estimé l'Insee.

Le déficit public de la France baisse au 2ème trimestre 2016 avec un ralentissement des dépenses (+0,2% après +0,9%) après un premier trimestre dopé par le retour à la normale de la contribution de la France au budget de l'Union européenne explique l'INSEE.

Ce coup d'arrêt " ne remet pas en cause le scénario de croissance de 1,5 % pour cette année et l'année prochaine", a indiqué le ministère des Finances à l'AFP.

Recommande: