Attentat de Nice: le pape reçoit familles en deuil et victimes

25 Septembre, 2016, 01:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Le mémorial en hommage aux victimes érigé autour d'un kiosque à musique près de la promenade des Anglais

"Que Dieu, accueille toutes les victimes dans sa paix, soutienne les blessés et console les proches; qu'Il disperse tout projet de terreur et de mort, pour qu'aucun homme n'ose plus verser le sang de son frère" avait déclaré le Saint-Père, souhaitant étreindre de façon "paternelle et fraternelle tous les habitants de Nice et toute la nation française".

Des dizaines de familles en deuil et de victimes de l'attentat du 14-Juillet à Nice ont assisté ce samedi matin à Rome à une audience privée avec le pape François.

Environ 180 personnes blessées ou traumatisées dans l'attentat ou bien proches de victimes - 58 familles au total - ont fait l'aller-retour samedi dans deux avions affrétés par la mairie pour être saluées personnellement par le pape. Elles étaient accompagnées à Rome par environ 150 Niçois, ainsi qu'une délégation officielle de l'association interreligieuse "Alpes-Maritimes Fraternité", qui comprend des représentants juifs, musulmans, orthodoxes et protestants.

S'adressant à ses hôtes en italien, il a ensuite exhorté ceux qui avaient été "attaqués par le démon" à répondre par "le pardon, l'amour et le respect de son voisin" plutôt que de se laisser aller à la tentation de la haine et de la violence.

"La présence musulmane ici était indispensable, j'ai ressenti une communion d'esprit", a salué Boubekeur Bekri, vice-président du conseil régional du culte musulman dans le sud-est de la France.

Pour Pierre-Etienne Denis, président de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), ce type de rendez-vous permet de sortir de la solitude et de "progresser vers la résilience".

Le pape François avait déjà reçu le président français François Hollande mi-août pour réaffirmer son soutien au pays touché depuis début 2015 par une série sans précédent d'attentats. "Comme il serait bon que toutes les confessions religieuses proclament que tuer au nom de Dieu est satanique", avait-il alors lancé.

Maurice Niddam, président du consistoire de Nice, n'accompagne pas des victimes juives, mais il a voulu soutenir cette démarche. "J'ai vu la scène complète de la progression du camion, des corps mutilés, décapités, des entrailles.", a-t-il confié.

Un Tunisien de 31 ans a foncé dans la foule avec un camion lors du feu d'artifice de la fête nationale organisé à Nice, faisant 86 morts et plus de 400 blessés. Deux avions avaient affrétés pour l'occasion depuis l'aéroport de Nice. Et si les participants au voyage, de toutes origines et de toutes confessions, voient cette audience que leur a accordée le souverain pontife comme " un geste d'apaisement", un moment solennel, source de réconfort, les forces politiques de l'opposition, elles, ont condamné, pour certaines en termes très acides, l'initiative de la municipalité qui a financé la rencontre... Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: