Un convoi d'aide humanitaire bombardé — Syrie

24 Septembre, 2016, 13:46 | Auteur: Lynn Cook
  • Des autobus partent du secteur d'Al Waer à Homs en Syrie durant une trêve entre le gouvernement et les rebelles le 9 décembre 2015

Le raid a endommagé au moins 18 des 31 véhicules du convoi de l'ONU et du Croissant-Rouge syrien.

David Swanson, le porte-parole chargé des affaires humanitaires à l'ONU, a fait mardi 20 septembre un point sur la situation, depuis la Turquie. "La situation sur le terrain est chaotique".

Dans un communiqué, le patron des opérations humanitaires onusiennes Stephen O'Brien s'est déclaré " très inquiet ". Il livrait de l'aide à 78'000 personnes à Orum al-Koubra, a précisé l'ONU. "Il est totalement inacceptable que notre personnel et les volontaires continuent de payer un prix élevé en raison de la poursuite des combats", a-t-il ajouté.

BEYROUTH | Les raids qui ont touché lundi soir des camions d'aide humanitaire à l'ouest d'Alep ont fait douze morts, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

À Moscou, l'armée russe a simplement indiqué enquêter sur les "informations" concernant le convoi humanitaire.

L'attaque d'un convoi humanitaire en Syrie près d'Alep lundi soir a provoqué une vague d'indignation à travers le monde.

Ce démenti est intervenu peu de temps après un communiqué identique du ministère russe de la Défense cité par les agences russes.

Les frappes aériennes ont visé les quartiers de Soukkari et d'Amariya. Le Kremlin avait précédemment indiqué que l'armée russe menait l'enquête sur cet incident. Les habitants se sont terrés chez eux après avoir goûté durant une semaine au plaisir de rester avec des amis dans les rues, jusque tard dans la nuit.

L'armée syrienne a annoncé lundi la fin de la "période de cessez-le-feu" de sept jours parrainée par les Etats-Unis et la Russie et repris aussitôt ses bombardements aériens, dont l'un a touché dans la soirée un convoi d'aide humanitaire des Nations unies près d'Alep.

Sommet sur les réfugiés, réunion d'un groupe de soutien, entretiens en coulisse et nombreuses déclarations de dirigeants à la tribune: la Syrie est au centre de toutes les discussions de l'Assemblée générale de l'ONU en ce début de semaine à New York (lire ci-dessous). Damas a répertorié plus de 300 violations de la trêve par ces groupes. Les Nations unies, de leur côté, n'ont pu confirmer le nombre exact de victimes, estimant seulement que l'attaque a fait "nombreux" morts.

"Il a qualifié les travailleurs humanitaires en Syrie de " héros " et leurs agresseurs de " lâches " qui devront " répondre de ces crimes ". La trêve a été fragilisée ce week-end par les frappes de la coalition conduite par les États-Unis contre des positions de l'armée syrienne dans la région de Deir Ezzor (est), qui ont fait au moins 90 morts. Aucune des parties impliquées dans le conflit n'a revendiqué l'attaque. Ce GISS qui rassemble 23 puissances mondiales, régionales et organisations internationales est porteur depuis novembre dernier d'une feuille de route diplomatique pour la Syrie.

L'accord américano-russe de Genève signé par MM. Le bombardement par erreur des troupes de Bachar al-Assad par la coalition internationale a également fragilisé le maintien de la trêve. Les espoirs de renouvellement de la trêve sont " très faibles", a-t-il jugé.

La Syrie était en proie aux combats et bombardements mardi, sous les yeux impuissants de la communauté internationale réunie à New York, incapable de mettre fin au conflit qui ravage le pays depuis plus de cinq ans.

Les rebelles et l'opposition n'avaient pas formellement approuvé l'accord russo-américain, dont ils critiquaient l'absence de garanties qu'il soit effectivement appliqué par le régime et ses alliés.

Un responsable russe a déclaré aux journalistes que Moscou était toujours disposé à appliquer l'accord de cessez-le-feu conclu avec les Etats-Unis.

Recommande: