Signature imminente de l'achat de 36 Rafale français — Inde

24 Septembre, 2016, 13:00 | Auteur: Aubrey Nash

Ce vendredi, à New Delhi, l'Inde et la France ont conclu la vente de 36 Rafale du constructeur Dassault, pour près de 8 milliards d'euros.

Il s'agit de la plus importante commande étrangère de l'histoire de l'avion de chasse, qui a connu des débuts difficiles à l'exportation, et plus largement de l'aéronautique militaire français.

Fin du long feuilleton Rafale.

Pour Dassault Aviation, ce nouveau contrat témoigne de la relation stratégique et du partenariat 'exemplaire' qu'entretiennent les deux pays.

Paris espère que cette vente de Rafale n'est que la première d'une série, alors que, face à la montée en puissance de la Chine, l'Inde a prévu de consacrer 100 milliards de dollars à la modernisation de son armée.

"Le Pakistan on peut s'en occuper". L'Inde a finalement renoncé à assembler sur son sol les avions Rafale pour éviter un surcoût de production lié à la formation des équipes ou encore à la création de nouvelles chaînes de production sur son sol.

En contrepartie, Dassault va être cependant contractuellement obligé de réinvestir près de la moitié des sommes perçues dans l'industrie indienne.

L'achat de ces Rafale va lui permettre de moderniser sa flotte aérienne vieillissante, pour beaucoup composée d'appareils russes en fin de vie.

Mais cette commande n'apaisera pas totalement l'armée de l'air indienne qui ne compte qu'une petite trentaine d'escadrons de 18 appareils, là où au moins 42 sont jugés nécessaires. Leurs fréquents accidents et avaries leur valent d'ailleurs régulièrement le sinistre sobriquet de "cercueils volants".

L'avionneur français Dassault se frotte les mains, lui qui a eu le plus grand mal à écouler son bijou, le Rafale, dans le lequel il a misé très gros.

Mais la commande n'avait jamais vu le jour, les Français refusant d'assumer la responsabilité technique - ce que réclamait New Delhi - pour tous les appareils construits en Inde.

Recommande: