Statu quo sur les taux à la Fed

23 Septembre, 2016, 00:55 | Auteur: Lynn Cook
  • La Réserve fédérale américaine a laissé mercredi les taux d'intérêt inchangés mais souligné que les arguments pour une future hausse s'étaient

Ce climat de scepticisme oblige les responsables de la Fed à un délicat exercice d'équilibre: plus les investisseurs écartent la possibilité d'une hausse de taux, plus le risque d'une réaction exagérée des marchés s'accroît, avec à la clé la possibilité d'un impact sur l'économie elle-même, un scénario susceptible de faire hésiter la Fed. Les taux directeurs évoluent donc toujours dans leur fourchette actuelle, entre 0,25 et 0,50 %.

Stanley Fischer, le numéro 2 de la Fed, semble le penser, ayant affirmé que l'économie américaine "était proche de ses objectifs". Le taux de chômage actuel (4,9%) est considéré comme une situation de plein-emploi par la Fed. Ces nouvelles prévisions ont provoqué une baisse du dollar et des rendements des emprunts d'Etat américains tandis que Wall Street amplifiait sa progression, pour finir sur une hausse marquée, l'indice Dow Jones gagnant 0,9% et le Nasdaq 1,03%, à un record de clôture. D'autre part, d'après les projections de taux, 14 des 17 membres du FOMC anticipent une hausse de taux cette année. "Je m'attendrais à une hausse de taux cette année" a du reste avoué Janet Yellen lors de la conférence de presse qui a suivi la publication du communiqué de la Fed". Signe des divisions croissantes entre ses dix membres votants, trois d'entre eux ont refusé de soutenir la décision prise mercredi et auraient souhaité que la banque centrale remonte immédiatement ses taux de 0,25 point. C'est la plus forte démonstration de division au sein du Comité depuis décembre 2014, déjà sous la présidence de Janet Yellen. La Fed continue en revanche de tabler sur une décrue à 4,6% l'année prochaine.

Le produit intérieur brut (PIB) américain devrait progresser de 1,8% sur un an au dernier trimestre 2016, soit 0,2 point de moins que ce qui était prévu en juin, selon les nouvelles projections du Comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed.

Le problème est que les propos tenus ces derniers temps par des présidents de Fed régionales et des membres du conseil de la banque centrale ont encore ajouté à l'incertitude, certains mettant en garde contre le risque d'une accélération incontrôlée de l'inflation tandis que d'autres suggéraient un relèvement de l'objectif d'inflation pour favoriser la hausse des prix. Par ailleurs, Lael Brainard, une gouverneure influente de la Fed qui prône la patience, estime que l'économie américaine est devenue très sensible aux chocs extérieurs et que ce n'est pas le moment de mettre fin à une politique monétaire accommodante.

Les spécialistes voient mal la Réserve fédérale changer son taux directeur le 2 novembre, date de la prochaine réunion de son comité monétaire, à six jours de l'élection présidentielle.

Le candidat républicain Donald Trump avait accusé la banque centrale de maintenir des taux bas pour faire le jeu des démocrates.

Recommande: