Attentats aux Etats-Unis: la piste de la radicalisation

23 Septembre, 2016, 01:23 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ÉPOUSE DE L'AUTEUR DE L'ATTENTAT DE NEW YORK A QUITTÉ LE PAYS

Le jeune homme passait une partie de son temps derrière le comptoir du fast-food familial, dans cette petite ville pavillonnaire typique du New Jersey.

La famille d'Ahmad Khan Rahami, qui a été arrêté comme suspect principal des explosions qui ont fait plusieurs blessés à New York et dans le New Jersey le 18 septembre, est depuis plusieurs années en conflit avec les autorités locales de leur ville d'Elizabeth dans le New Jersey.

O'Neill a souligné qu'Ahmad Rahami, 28 ans, blessé par balles lors de la fusillade qui a mené à son arrestation lundi dans le New Jersey, était pour l'instant hospitalisé "dans un état critique mais stable", laissant supposer qu'il était difficile pour les enquêteurs de l'interroger pour l'instant.

Il est soupçonné à la fois pour l'explosion survenue samedi soir dans le quartier très animé de Chelsea, à Manhattan, qui a fait 29 blessés et pour la bombe artisanale placée sur le parcours d'une course à pied organisée par les US Marines samedi matin à Seaside Park, dans le New Jersey. Ahmad Khan Rahami vient d'être arrêté, soupçonné d'avoir poignardé son frère. Il fait l'objet de cinq accusations de tentative de meurtre relativement à la fusillade avec des policiers qui a précédé son arrestation lundi.

Mais les enquêteurs continuent selon lui à éplucher ses communications, son activité sur les réseaux sociaux, son entourage, pour vérifier s'il a vraiment agi seul. Sa femme aurait quitté les Etats-Unis quelques jours seulement avant les attentats, a indiqué CNN, citant une source policière.

Outre la bombe qui a explosé samedi soir à Chelsea, blessant 31 personnes, il est également suspecté d'avoir déposé l'engin improvisé qui a explosé le même jour dans le New Jersey sans faire de blessé.

Dans un journal manuscrit trouvé sur le suspect, ce dernier fait l'éloge d'Oussama Ben Laden et accuse le gouvernement américain de massacrer des combattants islamistes en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans les territoires palestiniens, selon les responsables fédéraux.

Le père d'Ahmad Kahn Rahami avait déjà indiqué à la presse qu'il avait contacté le FBI en 2014 pour les prévenir que son fils était un terroriste.

Mardi, le chef de la police new-yorkaise a estimé que le fait qu'il ait été retrouvé par la police blotti à l'entrée d'un bar, était "un bon signe qu'il n'avait nulle part où aller". Mais quand la police a commencé à s'intéresser à l'affaire, M. Rahami a retiré sa dénonciation et expliqué qu'il voulait simplement dire que son fils avait des fréquentations douteuses. Un autre engin avait été retrouvé ensuite quelques rues plus loin, sans avoir explosé. L'attaque a été revendiquée par l'organisation Etat islamique, même si rien n'a confirmé à ce stade que l'étudiant était radicalisé.

En revanche, les autorités n'ont trouvé à ce stade "aucun lien" entre les attaques de New York et du New Jersey et l'attaque dans un centre commercial du Minnesota samedi, a affirmé hier à la mi-journée le président Barack Obama depuis New York où il participe à l'Assemblée générale de l'ONU.

La démocrate Hillary Clinton et le candidat républicain Donald Trump, candidats à la présidentielle du 8 novembre, se sont immédiatement saisis des dernières informations pour s'attaquer mutuellement. Ils doivent se retrouver pour un premier face-à-face télévisé lundi prochain.

Recommande: