Des milliers de migrants évacués à cause d'un gigantesque incendie — Grèce

21 Septembre, 2016, 00:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Grèce incendie dans un camp de migrants

Le feu a détruit 60 logements préfabriqués, 100 tentes et trois conteneurs abritant des services du camp, sans faire toutefois aucun blessé. Au total, entre 3 000 et 4 000 personnes ont fui pour échapper aux flammes, parmis lesquelles des centaines de jeunes.

Environ 150 mineurs hébergés à Moria ont été mis à l'abri dans la nuit.

Les affrontements ont d'abord éclaté entre des Afghans et des Africains, a ajouté cette source.

Une mesure mise en place le 20 mars à l'issue de l'accord UE-Turquie, mais qui n'a permis le déplacement que de 500 personnes pour le moment. Deux incendies avaient cependant éclaté dans les champs d'oliviers près de Moria, et avaient été maîtrisés, avant que n'éclate celui de la soirée à l'intérieur même du camp.

Il y a actuellement 5.650 réfugiés et migrants sur l'île de Lesbos pour 3.500 places d'hébergement, selon les statistiques publiées lundi par le gouvernement. Depuis mars, seulement 502 personnes ont été renvoyées en Turquie, tandis que les arrivées se poursuivent à raison d'une centaine par jour. Selon l'agence grecque ANA, des tensions s'étaient déjà fait ressentir au cours de la journée, notamment à cause d'une rumeur disant que des migrants allaient être conduits en Turquie. "Le calme est revenu" sur l'île, "mais la situation est encore mouvante", les migrants et les réfugiés s'étant dispersés aux alentours de Moria et jusqu'à Mytilène, le chef-lieu de l'île situé à une dizaine de kilomètres, a indiqué la source policière.

Ceux-là attendent également l'asile, soit en Grèce, soit dans un autre pays européen par voie de relocalisations, dont le nombre est environ dix fois inférieur aux promesses.

Les groupes de défense des Droits de l'Homme ont critiqué à de multiples reprises les conditions dans les camps de migrants grecs, et notamment leur surpopulation et souvent des conditions de vie peu hygiéniques.

Les bagarres ont commencé quand certains migrants afghans ont empêché que de la nourriture soit introduite dans le camp.

L'incendie de Moria s'est produit alors qu'à New-York, les 193 pays de l'ONU promettaient de tenter d'améliorer le sort de millions de réfugiés dans le monde, mais sans se fixer d'objectifs chiffrés.

Ce n'est pas la première fois que la situation dégénère à Moria.

Recommande: