La coalition internationale frappe par erreur une position du régime — Syrie

20 Septembre, 2016, 03:14 | Auteur: Lynn Cook

La coalition internationale antidjihadistes menée par les États-Unis a admis, samedi, avoir bombardé une position du groupe État islamique (EI) en Syrie.

Ce bombardement meurtrier intervient au cinquième jour d'une fragile trêve issue d'un accord entre les États-Unis et la Russie. Dans la foulée, Moscou a accusé, hier soir, "l'opposition modérée " syrienne, soutenue par Washington, d'avoir "fait échouer " ce cessez-le-feu.

Un autre objectif de la trêve était l'acheminement de l'aide humanitaire vers les villes assiégées, mais celui-ci ne s'est fait qu'au compte-goutte.

Maria Zakharova, la diplomate russe, indique que la Russie va convoquer d'urgence une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU).

Des avions, syriens ou russes, ont bombardé lundi des quartiers du centre d'Alep tenus par les insurgés ainsi que des villages à l'ouest de la ville, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui fait état de victimes.

Face à la gravité de la situation, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble une vingtaine de pays et d'organisations internationales -dont les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Iran- se réunira mardi à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, a annoncé Washington. Selon le communiqué de l'armée, les rebelles auraient violé le cessez-le-feu à 300 reprises.

"Nous pouvons confirmer que le Royaume-Uni a participé au raid aérien de la coalition samedi à Deir Ezzor", a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense britannique, assurant également que Londres coopérait "pleinement à l'enquête de la coalition" sur ces frappes.

L'armée syrienne a annoncé lundi la fin de la "période de cessez-le-feu" de sept jours parrainée par les Etats-Unis et la Russie et n'a pas donné d'indication sur son éventuel renouvellement.

Cet incident est "un mauvais présage" pour le maintien de l'accord américano-russe en Syrie, a pour sa part déclaré à la presse l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine.

Le régime de Bachar al-Assad "utilise souvent des armes chimiques (.) et a torturé des milliers de prisonniers", a-t-elle ajouté.

A la faveur de ces frappes, l'EI a réussi à s'emparer du mont Thourda, qui domine l'aéroport de Deir Ezzor tenu par le régime, selon une source militaire.

" Nous ne savons pas si la trêve sera prolongée par la suite", a indiqué un haut responsable, qui ne souhaite pas être identifié.

Au total en une semaine de trêve, 27 civils, dont 9 enfants, ont perdu la vie, selon l'OSDH.

Dans l'est du pays, l'armée du régime était à l'offensive dimanche à Deir Ezzor pour reprendre les positions prises la veille par le groupe Etat islamique (EI), un acteur de la guerre qui n'est pas concerné par la trêve. L'aide humanitaire prévue pour Alep n'est pas arrivée.

"La Syrie est un théâtre d'opérations complexe avec différentes forces militaires et milices agissant dans un périmètre proche, mais la coalition ne ciblerait jamais intentionnellement une unité militaire syrienne", indiquait le Centcom, plus de deux heures après publication de l'information par l'état-major de l'armée russe à Moscou.

Les 250.000 habitants des quartiers rebelles de la métropole d'Alep dans le nord de la Syrie n'ont ainsi toujours pas reçu l'aide promise alors qu'ils manquent de tout depuis qu'ils sont assiégés par les forces du régime syrien.

Recommande: