Nouvelle journée de grève ce jeudi — Loi Travail

19 Septembre, 2016, 00:40 | Auteur: Aubrey Nash
  • Nouvelle journée de grève ce jeudi — Loi Travail

Ils étaient 170.000 partout en France, selon la CGT.

La mobilisation a finalement été plutôt en hausse. Le défilé a encore été émaillé d'incidents, qui ont fait au moins douze blessés (dont huit CRS). Seize personnes ont été interpellées. "Au total, 15 policiers et gendarmes ont été blessés (ce jeudi, ndlr) à Paris et en province, dont deux grièvement, qui ont été hospitalisés".

Il s'agit de la 14ème journée de manifestation contre la réforme du Code du Travail, dont les précédentes journées de mobilisation avaient été émaillées de violences.

"Dans un communiqué local, les organisations syndicales affirment " promouvoir d'autres propositions " sur " l'emploi, les salaires et les conditions de travail ". On fera des recours juridiques auprès de l'ONU et de l'organisation internationale du travail car cette loi contient des articles contraires aux droits fondamentaux des travailleurs.

C'est un cortège bien déterminé à vouloir faire reculer le gouvernement sur la loi El Khomri qui s'est mis en marche, hier, avec comme slogan récurrent, "Loi Travail, loi pourrie, abrogation!"

Un baroud d'honneur marqué par des violences. "Le gouvernement espérait probablement, en passant en force, qu'il détruirait notre détermination, il n'en est rien.", a-t-il lancé. Entre 12 500 et 13 500 personnes selon la police, et 40 000 selon la CGT, ont manifesté ce jeudi à Paris pour réclamer le retrait du texte.

La dernière journée "d'action" avant les vacances, le 5 juillet, n'avait mobilisé que quelques dizaines de milliers de manifestants dans tout le pays, Paris compris, et les initiatives annoncées pour l'été n'ont guère été suivies. Des tensions étaient également palpables dans le défilé rennais, qui comptait près de 3500 manifestants, selon Ouest France. C'était le 12 mai dernier lors de la manifestation devant et dans la permanence du député Jean-Louis Gagnaire à Saint-Étienne. Un cameraman de Reuters TV a également été légèrement blessé à la jambe par un éclat de projectile des forces de l'ordre.

Après un discours de responsables syndicaux, les manifestants ont quitté l'usine de Belfort pour rejoindre le centre-ville, et y réclamer le maintien de l'activité sur le site.

750 personnes selon la police, un millier d'après les organisateurs. Cette manifestation martiniquaise est à l'image des autres manifestations dans les autres régions françaises: un sorte de baroud d'honneur car les syndicats vont poursuivre le mouvement sur le terrain juridique.

"Une loi, on peut la défaire", a expliqué dans le cortège Aurélie Ramiro, secrétaire départementale CGT. La police, pour sa part, en a dénombré 3.800.

Recommande: