Entre 12.500 et 40.000 manifestants à Paris — Loi Travail

18 Septembre, 2016, 00:16 | Auteur: Aubrey Nash

Selon la préfecture de police, entre 12.500 et 13.500 manifestants ont manifesté à Paris, et neuf interpellations ont eu lieu cet après-midi.

Une ultime démonstration de force. ", la CGT reconnait pourtant en creux qu'il s'agissait bien de la dernière manifestation nationale; " La CGT continuera de se battre pour, sur tous les terrains, empêcher l'application de cette loi, point par point, mesure par mesure, que ce soit au niveau local, dans les entreprises avec les salariés ou nationalement, tout comme devant la justice ".

Les syndicats espèrent notamment bloquer les accords d'entreprise à qui la loi donne la primauté sur les accords de branche en matière de temps de travail.

"On était contre ce projet de loi et on est pour l'abrogation de la loi c'est pour cela que l'on se mobilise aujourd'hui avec l'intersyndicale".

La CGT a assuré que 170.000 personnes avaient manifesté dans toute la France. " Pour le moment, on lève le pied sur les manifs, on ne va pas en faire toutes les semaines ", a cependant déclaré le leader de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, qui a commencé à préparer les esprits à la fin des mobilisations depuis début septembre. Neuf individus ont été interpellées. "Tout le monde déteste la police" et "Paris debout, soulève-toi", scandait le groupe de plusieurs dizaines de jeunes. Selon la préfecture de Paris, six personnes ont été interpellées. Après un été entre parenthèses, les syndicats opposés à la loi El Khomri ont appelé à une quatorzième journée de manifestations depuis mars dernier, en comptant la mobilisation du 1er mai. Certaines dates de la mobilisation anti-Loi travail avaient été le théâtre de débordements à Paris et dans une moindre mesure à Saint-Étienne (notamment lorsque des banques et magasins avaient été taggés).

A Marseille, les organisateurs ont revendiqué la présence de 30'000 manifestants alors que la police en dénombrait près de 3000. Le cortège était plus clairsemée à Rouen.

Une nouvelle fois, le défilé nantais, qui a réuni environ 4.000 personnes, a été émaillé d'affrontements avec la police, comme celui de Rennes.

A Bordeaux, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans la confusion créée par l'arrivée d'éléments perturbateurs.

Les employés de l'hôpital, ceux de Charal mais également de l'entreprise Knorr-Bremse ont suivi le cortège au départ de la place Mitterrand à 11 h et dans les rues de la ville.

Selon le quotidien, un dispositif de sécurité important a été installé dans la ville, théâtre de nombreux débordements au printemps.

A Marseille, quelques milliers de personnes avaient répondu présentes jeudi matin.

Recommande: