Des dizaines de soldats syriens tués par des frappes américaines

18 Septembre, 2016, 01:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Près de Damas. Un cessez-le-feu d'une durée de sept jours négocié par Washington et Moscou est entré en vigueur lundi soir en Syrie deuxième tentative depuis le début de l'année pour les Américains et les Russes de mettre fin à cinq années

L'armée syrienne et son allié russe ont accusé la coalition internationale antidjihadiste menée par les Etats-Unis d'être l'auteur de ce bombardement meurtrier et la Russie a donné un bilan beaucoup plus lourd de 62 soldats morts et d'une centaine blessés.

L'état-major des forces syriennes a affirmé que des chasseurs de la coalition sous commandement américain avaient bombardé samedi des positions de l'armée près de Deïr az Zour, dans le nord-est de la Syrie.

Le ton s'est encore aigri samedi après le bombardement qui a tué des dizaines de soldats syriens, alliés de Moscou, dans l'est de la Syrie.

"Des avions de la coalition internationale anti-djihadiste ont mené aujourd'hui quatre frappes aériennes contre les forces syriennes encerclées par le groupe État islamique près de l'aérodrome de Deir Ezzor", a indiqué l'armée russe dans un communiqué.

Ces frappes interviennent au cinquième jour d'une trêve fragile en Syrie négociée par Washington et Moscou.

"Les forces de la coalition pensaient qu'elles frappaient une position de combat de l'EI qu'elles suivaient depuis un certain temps avant le bombardement", a indiqué un communiqué du commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom). Les raids on eu lieu à 17h00 locales (14h00 GMT), selon elle.

Un peu plus tôt dans la journée de samedi, le ministère russe de la Défense a annoncé que la coalition menée par les Etats-Unis avait tué 62 soldats syriens et en avait blessé une centaine d'autres dans une série de frappes aériennes dans la province orientale de Deir ez-Zor. "La coalition va se pencher sur les circonstances de cette frappe et voir si des leçons peuvent en être tirées".

"Si ces frappes s'expliquent par les coordonnées erronées des cibles, c'est une conséquence directe du refus de la partie américaine de coordonner avec la Russie ses actions contre les groupes terroristes en Syrie", souligne l'armée russe.

Les zones contrôlées par les jihadistes, aussi bien du groupe EI que du Front Fateh al-Cham (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda), sont exclues du cessez-le-feu.

La Russie a jugé que Washington serait " responsable " en cas d'échec de la trêve, même si le président Vladimir Poutine s'est dit " plutôt positif que négatif " sur les chances de l'accord de trêve.

L'ONU comptait faire entrer vendredi dans ces quartiers des camions chargés de vivres et de médicaments mais faute de garanties de sécurité suffisantes, les véhicules restent bloqués dans une zone tampon entre Turquie et Syrie.

" Il n'y a pas de progrès mais l'ONU est prête à bouger dès qu'elle obtient le feu vert", a affirmé pour sa part à l'AFP un porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU.

Recommande: