Guerre en Libye : un rapport parlementaire britannique accable Sarkozy

15 Septembre, 2016, 12:05 | Auteur: Lynn Cook
  • LIRE AUSSI
Les regrets francs et révélateurs de Barack Obama sur la Libye
LIRE

La Commission des Affaires étrangères du Parlement britannique a affirmé, mercredi dans un rapport, que l'intervention militaire de la Grande- Bretagne en Libye, en 2011, a été effectuée sur la base de "postulats erronés et faux renseignements", indiquant qu'elle a contribué à l'effondrement économique et politique de la Libye.

La conclusion est des parlementaires britanniques qui ont critiqué sévèrement l'ancien Premier ministre David Cameron. Tous s'accord que ce sont les efforts diplomatiques de la France qui ont été décisifs dans la décision de la coalition d'intervenir militairement et de faire chuter le régime de Mouammar Kadhafi. David Cameron, Premier ministre britannique, l'a alors rapidement rejoint dans son engagement vers la guerre.

Le gouvernement, indique le rapport, " n'a pas pu vérifier la menace réelle que le régime Kadhafi faisait peser sur les civils; il a pris au pied de la lettre, de manière sélective, certains éléments de la rhétorique de Mouammar Kadhafi; et il a échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion".

5 ans après la mort de lancien dirigeant libyen, le chaos règne toujours en libye, le gouvernment d'union soutenu par la communauté internationale peine à etablir son controle sur l'ensemble du territoire depuis son installation à Tripoli en Mars.

Selon Crispin Blunt, le président de la commission, le gouvernement Cameron aurait pu privilégier d'autres options qui auraient amené à de meilleurs résultats. David Cameron aurait aussi dû savoir que les islamistes radicaux allaient chercher à profiter de la rébellion, estime la commission.

David Cameron est donc "le responsable final de l'échec à développer une stratégie cohérente en Libye", jugent les députés.

Mais la charge la plus sévère a été lancée contre l'ancien président français Nicolas Sarkozy accusé d'avoir voulu " accroître l'influence française en Afrique du Nord " et d'" améliorer sa situation politique en France ".

D'autres acteurs politiques majeurs sont en revanche venus témoigner devant la commission: l'ancien ministre de la Défense Liam Fox et celui des Affaires étrangères William Hague, ainsi que l'ancien Premier ministre Tony Blair.

La Libye a plongé dans le chaos après la chute de Kadhafi et Daech (le groupe armé État islamique) en a profité pour s'y enraciner, ce qui lui donne de nouveaux fiefs au moment où il essuie des pertes territoriales importantes en Irak et en Syrie.

Recommande: