Le gouvernement table sur 12.000 places d'hébergements — Migrants

14 Septembre, 2016, 00:54 | Auteur: Sandy Vega
  • Des migrants de

Centres d'accueil disséminés en France pour désengorger Calais Le gouvernement français veut créer 12'000 places d'hébergement au total dans plusieurs régions de France d'ici fin décembre pour désengorger les camps de Calais et de Paris.

"Afin d'accueillir les migrants de Calais et de la plaque parisienne, le schéma de mobilisation de places d'hébergement sur l'ensemble du territoire a été validé", indique ce document daté du 1er septembre, envoyé aux préfets.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait confirmé, lors d'une visite à Calais début septembre, son objectif de " procéder au démantèlement dans les meilleurs délais et dans des conditions dignes " du campement de Calais.

Il a décidé d'écarter dans la répartition des nouvelles places "les régions Ile-de-France, particulièrement tendue sur la question de l'hébergement, et la Corse". Le document précise que " localement, les négociations peuvent être entamées dès aujourd'hui avec la Poste, EDF et les villages vacances ".

Ailleurs la répartition se fera selon un "critère démographique pondéré par les efforts faits par chaque région ", demandant par exemple 1.800 places à la région Auvergne-Rhône-Alpes, 1.500 à la Nouvelle Aquitaine. Et c'est pour cela que le ministre de l'Intérieur sollicite les préfets - qui n'auront pas besoin d'en référer aux élus locaux, précise le document que le journal s'est procuré. En effet, il s'agit de locaux appartenant à "de grands réseaux ou de grandes institutions", explique une source proche du dossier, qui souligne que l'accord des élus locaux n'est "pas un préalable au repérage des opportunités", et ajoute "il s'agit simplement d'une consultation et dans ce cadre, ne nous sommes pas contraints de solliciter les élus". Les quelques 5 500 migrants en provenance de Calais déjà accueillis dans 161 Centres d'accueils et d'orientation (CAO) en France depuis près d'un an, démontrent que cet accueil peut se réaliser sans tensions avec les habitants des communes concernées. "On les informe, on voit quelle est leur réaction et si elle est négative, on ouvre des discussions ", ajoute-t-on.

En ce qui concerne la capacité des centres, elle devra être d'"au moins 100 personnes et 300 maximum", et "les orientations devraient commencer à la mi-octobre".

Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a souligné que "le gouvernement est cohérent et totalement engagé pour apporter une réponse équilibrée, associant humanité et fermeté, à la crise migratoire". Accueillis dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO), ceux-ci seront ensuite orientés, soit pour une installation à plus long terme, soit pour "envisager des mesures de retour volontaire ou d'éloignement", notamment pour les personnes en situation irrégulière, qui ne souhaitent pas faire de demande d'asile en France ou qui ont déjà fait une demande dans un autre État.

"Calais n'a pas vocation à porter seule l'effort".

Le nombre des migrants présents à Calais a atteint 6.900 personnes, selon le ministère, contre 4.500 en juin, et plus de 9.000 selon les associations, alors que le gouvernement espérait au printemps le réduire à 2.000. Cette problématique requiert des solutions durables et une solidarité nationale.

Recommande: