Un mineur arrêté dans le cadre de la lutte antiterroriste — France

12 Septembre, 2016, 02:55 | Auteur: Lynn Cook

L'adolescent, interpellé dans le 12e arrondissement de la capitale, est actuellement entendu en garde à vue par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), près de Paris.

Originaire de Roanne, où il a été animateur dans un centre social et fait un peu de rap, Rachid Kassim n'avait pas fait parler de lui jusqu'à un voyage en Algérie qui semble avoir modifié son comportement.

Les policiers s'intéressent particulièrement au jihadiste français du groupe Etat islamique (EI) Rachid Kassim, qui depuis la zone irako-syrienne et via internet appelle régulièrement à frapper la France. Il y serait devenu un propagandiste très actif de Daesh, diffusant depuis ces régions en guerre des listes de cibles potentielles et de scénarios d'attentats en France.

Un homme a été arrêté samedi à Paris dans le cadre de l'enquête sur le commando de femmes djihadistes soupçonnées de préparer une "action terroriste", a-t-on appris dimanche de source proche de l'enquête. Les enquêteurs ont ainsi établi des liens avérés entre Rachid Kassim et les tueurs de Saint-Etienne-du-Rouvray, ainsi qu'avec au moins l'une des femmes arrêtées la semaine dernière pour la tentative d'attentat à Paris. Il a par ailleurs félicité l'auteur de l'attentat qui a fait 86 morts le 14 juillet à Nice, dans une vidéo mettant en scène l'exécution de prisonniers syriens.

L'une de ces femmes, Ornella G., a été mise en examen samedi et écrouée. Quatre autres, dont une mineure, ainsi que le compagnon de l'une d'elles, étaient toujours en garde à vue dimanche.

Les enquêteurs estiment que le commando a été "téléguidé" depuis la Syrie et s'interrogent notamment sur le rôle du jihadiste français Rachid Kassim.

Le Premier ministre, Manuel Valls, avait parlé dimanche matin "d'au moins deux attentats déjoués cette semaine", huit jours après la découverte d'une voiture contenant des bonbonnes de gaz à Paris. Il s'agit du plus jeune radicalisé assigné à résidence en France. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: