Trump flatte puis critique les Mexicains dans la même journée

12 Septembre, 2016, 02:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump en campagne le 22 août 2016 à Austin au Texas

En dépit du discours incendiaire de Donald Trump tenu après leur rencontre, le président mexicain estime qu'"il y a un changement de ton, une reconnaissance de l'importance du Mexique", tout en admettant que cette première réunion avec Trump a été un rapprochement et que cela "ne va pas modifier toutes les positions" du candidat républicain à l'égard du Mexique.

"Les Mexicains (qui vivent) aux Etats-Unis sont honnêtes (.) Les Mexicains méritent le respect de tous", a quant à lui souligné Enrique Peña Nieto. Il l'avait pourtant traité de "Hitler" quelques mois plus tôt!Enfin, il n'est pas revenu non plus, alors qu'il en avait là une occasion toute trouvée, sur le paiement de ce fameux mur qui, si on en croit l'insistance de Donald Trump à répéter cette affirmation dans ses meetings, doit "être payé par le Mexique". "Quand le Mexique nous envoie des gens, il ne nous envoie pas les meilleurs (.) Il nous envoie des gens avec des tas de problèmes (.) Ils viennent avec de la drogue, ils amènent de la criminalité, ce sont des violeurs". "Ce n'est pas une rue à sens unique" a noté M. Trump.

Le président mexicain s'est prononcé pour une frontière "plus sûre" pour empêcher les flux d'armes et d'argent en provenance des Etats-Unis.

Parlant toujours d'immigration, Trump a promis une grande fermeté vis-à-vis des sans-papiers, indiquant que ceux-ci n'ont pas d'autre choix que de retourner dans leurs pays et suivre la procédure légale s'ils souhaitent venir aux Etats-Unis en présentant une demande de visa.

La visite surprise du candidat républicain à Mexico a été vivement critiquée au Mexique.

"J'ai honte de voir un président aussi soumis", a commenté de son côté le professeur et militant des droits de l'homme Sergio Aguayo.

Le parti de gauche PRD a déploré sur Twitter "la honteuse et déplorable image présidentielle donnée par Enrique Pena Nieto".

Donald Trump: "je vais créer une force opérationnelle d'expulsion qui sera chargée d'identifier et d'expulser rapidement les plus dangeureux des criminels, ces immigrés clandestins qui ont échappé à la justice tout juste comme Hillary Clinton a échappé à la justice".

Ses propos avaient scandalisé les Mexicains qui avaient brûlé ses effigies dans plusieurs villes du pays en mars lors de la Semaine sainte.

Donald Trump, juillet 2015, cité par le journal Cosmopolitan.

Donald Trump est arrivé mercredi en milieu de journée à Mexico pour une rencontre avec le président Enrique Pena Nieto, un voyage qui a déclenché de nombreuses critiques au Mexique après les attaques du candidat républicain à la Maison Blanche.

Dans l'État du shérif Joe Arpaio, connu aux États-Unis comme le "shérif le plus dur de l'Amérique" pour ses mesures martiales contre les immigrants, Donald Trump a répété qu'il ferait construire son fameux mur.

Recommande: