Primaire à droite : deux sénateurs LR ont parrainé... Sarkozy et Fillon

12 Septembre, 2016, 02:27 | Auteur: Lynn Cook
  • Manuel Valls et François Hollande à Paris

"Tout Français suspecté d'être lié au terrorisme, parce qu'il consulte régulièrement un site djihadiste, que son comportement témoigne d'une radicalisation ou parce qu'il est en contact étroit avec des personnes radicalisées, doit faire l'objet d'un placement préventif dans un centre de rétention fermé" explique Nicolas Sarkozy avant d'affirmer que "François Hollande ne met pas tout en oeuvre pour lutter contre le terrorisme". "Il se trompe Nicolas Sarkozy", a estimé Manuel Valls, invité dimanche du Grand Rendez-vous d'Europe 1.

"Il s'est trompé en 2012 sur la lecture de la menace terroriste quand à l'époque, il avait évoqué les crimes de Merah comme ceux d'un loup solitaire". Nicolas Sarkozy totaliserait ainsi 103 parrainages quand François Fillon enregistrerait 84 soutiens.

"Il se trompe sur la forme, et en faisant croire aux Français, de manière terrible, que s'il était au pouvoir il n'y aurait plus d'attentat", conclut enfin le Premier ministre au terme de son anaphore.

"Après Hollande, Macron, Le Pen et les autres, Valls prend pour cible Nicolas Sarkozy".

Sur le plan économique, le Premier ministre a aussi accusé la droite de "mentir".

Parlant d'une menace "maximale", avec des attentats déjoués "tous les jours" et environ 15.000 radicalisés, Manuel Valls a insisté sur les mesures déjà prises et amorcé l'annonce d'un plan pénitentiaire, avec la création de "10.000 places dans les dix ans" en prison, notamment pour des cellules individuelles et "unités dédiées" pour les radicalisés.

"Ils seront comptabilisés chez celui qui les a déposés le premier", ajoute l'entourage du candidat, assurant ne pas être "dans une bataille de chiffres" et soulignant que "ce qui compte, c'est que ces deux personnes-là vont porter la candidature de Nicolas Sarkozy", leur implication étant "très importante". Mais à plusieurs conditions: "être consciente des enjeux, se rassembler elle-même et incarner la République laïque".

Recommande: