Nucléaire nord coréen :Vers de nouvelles sanctions ?

12 Septembre, 2016, 02:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Des Sud-Coréens regardent à la télévision des images du leader nord-coréen Kim Jong Un après le tir d'un 5e essai nucléaire de Pyongyang le 9 septembre 2016 à Séoul- AFP JUNG YEON-JE

"La capacité nucléaire de la Corée du Nord se développe et s'accélère à un niveau considérable, compte tenu du fait que le cinquième essai nucléaire a été le plus fort en intensité et que la fréquence s'est fortement accélérée", a ajouté le ministre, lors d'une réunion convoquée pour discuter du test. Le déploiement potentiel sur la péninsule de ce système ultrasophistiqué a suscité la colère de Pékin notamment.

Des sources diplomatiques ont confirmé que "le ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur Ji au siège du ministère et a protesté contre la Corée du Nord qui a effectué l'essai nucléaire malgré l'opposition générale de la communauté internationale".

De son côté la Chine, principal partenaire économique de Pyongyang, a appelé à la retenue: "Des deux côtés, on doit s'abstenir de toute provocation et de toute action susceptible d'exacerber la tension".

"Nous avons fait ouverture sur ouverture au dictateur de la Corée du Nord", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, tout en disant espérer à terme une issue similaire aux discussions qui se sont tenues sur le programme nucléaire iranien.

Samedi, la Corée du Nord a renouvelé une bordée d'injures personnelles contre la présidente sud-coréenne.

"Nous déploierons nos forces d'attaque dotées de missiles guidés de précision et de forces spéciales d'élite", a déclaré vendredi un haut responsable de l'état-major interarmées, Leem Ho-Young.

"L'époque où les Etats-Unis pouvaient faire un chantage nucléaire unilatéral à la RPDC est révolue", écrit samedi le Rodong Sinmun, journal officiel du parti au pouvoir à Pyongyang, en référence au nom officiel de la Corée du Nord (République populaire et démocratique de Corée).

La Corée du Nord est depuis son premier essai nucléaire en 2006 sous le coup d'une série de sanctions du Conseil de sécurité, ce qui ne l'a pas empêché de réaliser quatre autres essais et de multiplier ces derniers temps les tirs de missiles balistiques.

Pour autant, le "dialogue" entre les États-Unis et la Chine se poursuit, a relevé dimanche Sung Kim.

Dans une déclaration unanime, les 15 membres du Conseil de sécurité, dont la Chine alliée de Pyongyang, ont indiqué vendredi qu'ils allaient "commencer immédiatement à travailler sur des mesures appropriées, selon l'article 41 de la Charte de l'ONU, et sur une résolution du Conseil ".

Durant cette rencontre, la Chine a demandé à la Corée du Nord "de ne plus effectuer des actions qui vont faire monter les tensions", "de revenir dans le droit chemin pour se dénucléariser le plus vite possible".

Recommande: