Les trois femmes voulaient commettre un attentat gare de Lyon

12 Septembre, 2016, 01:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Les trois femmes voulaient commettre un attentat gare de Lyon

"Un attentat a été déjoué", s'est réjoui le président français ce vendredi en marge d'un déplacement à Athènes pour un Sommet des pays méditerranéens de l'Union européenne.

Les autorités françaises ont trouvé, très tôt dimanche dernier, une voiture remplie de bonbonnes de gaz stationnée près de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle était connue des services de renseignement après avoir été empêchée de partir en Syrie.

Trois femmes ont été interpellées jeudi soir dans l'Essonne, en banlieue parisienne, dans l'enquête sur la voiture contenant des bonbonnes de gaz retrouvée à Paris.

Outre les trois fanatiques capturées jeudi soir, deux couples avaient été placés en garde à vue dans les locaux de la section antiterroriste de la brigade criminelle.

Les trois jeunes femmes étaient surveillées dès le début de la journée de jeudi par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon une information citée par Le Parisien, qui rapporte que l'une d'elles, la plus jeune, a agressé l'un des enquêteurs en le poignardant au couteau, avant d'être maîtrisée par les collègues du policier. En effet, selon nos informations, l'une d'elles aurait été en contact avec Rachid Kassim, qui serait l'un des instigateurs présumé de l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray. Pour éviter d'être capturée, elle se jette couteau au poing sur un policier et est blessée par balle.

Âgées de 39, 23 et 19 ans, les trois femmes "radicalisées, fanatisées ","préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes ", a déclaré Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, après l'arrestation. Tandis que ses complices ont été placées en garde-à-vue, celle-ci est aujourd'hui soignée à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). "S'il s'agit d'un projet d'attentat, la méthode utilisée est très curieuse", a toutefois estimé ce jeudi une source policière citée par l'AFP. Le réseau préparait un attentat pour jeudi, selon une source policière.

Bernard Cazeneuve a salué "l'action exemplaire" des services dans ce qui a été une "véritable course contre la montre".

La principale suspecte avait prêté allégeance à l'EI, selon une source proche de l'enquête.

Ces femmes étaient ainsi sur le point d'organiser des attentats visant la Gare de Lyon à Paris, et encore la Gare de Boussy-Saint-Antoine ainsi que des policiers, d'après la police.

Rappelons que deux couples - deux frères originaires de Montargis dans le Loiret et leurs compagnes respectives - ont déjà été arrêtés dans le cadre de cette affaire. Le procureur de la République de Paris, François Molins, doit s'exprimer à 17H30 lors d'une conférence de presse.

Les enquêteurs cherchent toujours à comprendre pourquoi cette berline aux feux de détresse allumés et sans plaques d'immatriculation a été garée en plein Quartier Latin, sur la rive gauche, à quelques centaines de mètres de Notre-Dame de Paris.

Le patron de la DGSI, Patrick Calvar, avait mis en garde en mai contre le danger de "dépôt d'engins explosifs" dans des lieux rassemblant une foule importante.

Après les mitraillages aveugles et les attaques kamikazes, qui avaient fait 130 morts à Paris le 13 novembre, l'attaque au camion bélier qui a coûté la vie à 86 personnes à Nice le 14 juillet, une nouvelle menace se dessine.

Recommande: