Loi Travail. Martinez et Mailly unis pour continuer la mobilisation

09 Septembre, 2016, 03:45 | Auteur: Lynn Cook
  • Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger lors d'une rencontre à Matignon avec la ministre du Travail Myriam El Khomri et le Premier ministre Manuel Valls le 29 juin 2016 à Paris

(.) Qu'il s'occupe de ses oignons, qu'il fasse de la politique, pas de syndicalisme', s'est exclamé Jean-Claude Mailly.

Tour à tour, les responsables syndicaux, dont Eric Beynel, porte-parole de l'Union Syndicale Solidaires, et Lilâ Le Bas, future présidente de l'UNEF, ont exprimé leur souhait de "remettre les questions sociales au coeur du débat", après une actualité marquée notamment par la polémique sur le burkini, en cette période pré-électorale.

'Après cette grève de 25 jours, notre syndicat est conscient qu'il sera difficile de réamorcer un tel bras de fer. "Mais nous mettrons tout en oeuvre pour recréer les conditions de cette mobilisation le plus vite possible", a-t-il assuré.

À l'origine, le meeting devait avoir lieu fin août, lors de l'université d'été du PS. Celle-ci a été annulée mais les syndicats opposés à la loi Travail ont maintenu leur rendez-vous. "Il ne faut pas que la loi s'applique", a affirmé le dirigeant syndical avec Jean-Claude Mailly, son homologue de FO, en prélude à un meeting intersyndical.

"Ce n'est pas parce qu'une loi est publiée au Journal officiel que, du jour au lendemain, c'est devenu une bonne loi". Il lui a demandé de "sortir très rapidement les décrets d'application ", dont la CGT dit vouloir empêcher la publication.

Au total, 127 mesures de la loi travail nécessitent des décrets. Mme El Khomri a promis d'en publier un 'grand nombre' avant fin octobre et 'la quasi-totalité avant la fin de l'année'. Les problèmes de fond demeurent', avait renchéri M. Mailly.

Après cette date, "on verra" quelle forme prendra la mobilisation, a indiqué le leader de la CGT, tandis que celui de Force ouvrière s'est prononcé pour la déplacer sur le terrain juridique. "Donc, on va continuer à le dire".

L'abrogation de la loi travail, revendication qui avait provoqué une large mobilisation au printemps, reste l'objectif pour ses adversaires. C'est le mot d'ordre qui sera lancé mercredi en fin d'après-midi à Nantes à l'occasion du meeting commun organisé par sept organisations syndicales (salariés et étudiants) parmi lesquelles la CGT dont le numéro 1 était l'invité de France Bleu Loire Océan mercredi matin.

Recommande: