" "Les Iraniens, " pas des musulmans " selon le mufti d'Arabie Saoudite

08 Septembre, 2016, 00:17 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours dans le cadre d'une visite à Bakou le 8 août 2016

"Après deux séries de négociations sans résultats à cause des entraves des Saoudiens, les pèlerins iraniens ne pourront malheureusement pas effectuer le hadj", avait affirmé en mai 2016 le ministre iranien de la Culture et de l'Orientation islamique. En attendant ses conclusions, elles ont singulièrement renforcé les mesures de sécurité. "Leur hostilité vis-à-vis des musulmans est ancienne et leurs principaux ennemis sont les adeptes de la sunna (les sunnites)", a-t-il poursuivi. Il va sans dire qu'Ali Khamenei a mis l'accent sur les bombardements de l'Arabie saoudite et sa coalition au Yémen, où Téhéran soutient les rebelles houthis qui contrôlent depuis plus d'un an la capitale Sanaa. Cette relation tendue s'est encore dégradée depuis la gigantesque bousculade survenue en 2015 à La Mecque, dans laquelle 464 Iraniens ont perdu la vie.

Mais un décompte officieux des décès dans les pays ayant rapatrié les corps montre que le bilan a dépassé les 2000 morts. Ils étaient plus de soixante-mille l'an passé.

Répliquant aux sévères critiques du guide suprême iranien Ali Khamenei, le grand mufti d'Arabie saoudite a déclaré au journal saoudien "Makkah" que les Iraniens ne sont pas des musulmans. Et elle a dénoncé l'incompétence des autorités du royaume.

Au-delà de la question du Hadj, l'Iran et l'Arabie saoudite véhiculent deux courants de l'islam: le chiisme et le sunnisme qui sont en concurrence pour imposer leur influence sur les pays islamique.

Aucune enquête officielle n'a encore été rendue publique en Arabie saoudite.

Khamenei a violemment critiqué les "dirigeants saoudiens" et exhorté les musulmans à reconsidérer la gestion des lieux saints par Ryad.

La guerre des mots entre l'Iran et l'Arabie saoudite a atteint son comble avec des accusations réciproques acerbes et agressives à quelques jours du pèlerinage musulman à la Mecque dont les Iraniens ont été exclus cette année.

Cette année, des milliers de fonctionnaires et de membres des personnels de santé ont effectué des exercices d'entraînement en prévision de l'événement.

De nouvelles caméras ont été installées aux abords de la Grande Mosquée de La Mecque, tandis que les pèlerins se verront offrir un bracelet électronique. Il a souligné la mauvaise gestion des événements par le gouvernement saoudien, qui avait dans un premier temps minimisé l'ampleur de la tragédie. Là où nombre des précédents drames survenus lors du hadj ont eu lieu. L'objectif: mieux surveiller les mouvements de foule et prévenir les regroupements trop importants.

Recommande: