Les forces du régime assiègent de nouveau les quartiers rebelles d'Alep — Syrie

06 Septembre, 2016, 09:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Le secrétaire d'Etat américain John Kerry le 4 septembre 2016 à Hangzhou lors du G20 en Chine- Rolex DELA PENA

Syrie: les forces du régime assiègent de nouveau les quartiers rebelles d'Alep Beyrouth - Les forces du régime syrien assiègent de nouveau les quartiers rebelles d'Alep (nord) après s'être emparées de trois académies militaires, tombées il y a un mois aux mains des insurgés, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces derniers développements interviennent tandis que sur le front diplomatique, Américains et Russes - qui soutiennent des camps opposés - ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente.

Alors que le conflit dans le pays s'est encore compliqué avec le lancement fin août, par la Turquie d'une opération militaire dans le nord à la fois contre l'Etat islamique et les milices kurdes liées au parti kurde syrien PYD, qui combattent les djihadistes et qui sont soutenus par les Etats-Unis, la solution politique s'éloigne un peu plus.

Pour rappel, Damas considère comme terroristes indifféremment tous les groupes qui l'affrontent, qu'ils soient modérés, islamistes ou djihadistes.

L'OSDH a par la suite annoncé que les troupes fidèles à Bachar al Assad avaient également reconquis une école d'artillerie qui fait partie du même complexe militaire.

Ces trois académies se trouvent à la périphérie sud de l'ancienne capitale économique et en s'en emparant, l'armée et ses alliés ferment l'unique route d'approvisionnement des quartiers contrôlés par les insurgés, où vivent quelque 250.000 personnes.

De la fumée s'élève au-dessus des habitations dans les environs d'Alep le 4 septembre 2016 en Syrie- GEORGE OURFALIAN
De la fumée s'élève au-dessus des habitations dans les environs d'Alep le 4 septembre 2016 en Syrie- GEORGE OURFALIAN

Ce succès été rendu possible grâce à des raids massifs de l'aviation russe sur les positions rebelles, selon l'Observatoire.

Le 6 août, les rebelles aidés du Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra ayant renoncé à son rattachement à Al-Qaïda) avaient chassé les forces du régime du sud d'Alep et brisé le siège imposé depuis le 17 juillet à leurs quartiers.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a expliqué plus tard à la presse qu'il avait rencontré "pendant plusieurs heures" dimanche son homologue russe Sergueï Lavrov, sans parvenir à dissiper des divergences persistantes.

Les forces syriennes, appuyées par le Hezbollah libanais et des frappes aériennes russes, ont lancé une contre-attaque, qui leur a permis dimanche de reprendre les positions perdues et de réinstaurer leur siège.

Ce nouvel épisode dans la bataille d'Alep survient alors que les États-Unis, qui appuient les rebelles, et la Russie, alliée du régime, n'ont pu se mettre d'accord pour réduire la violence qui a fait en cinq plus de 290.000 morts et jeté hors de chez elle plus de la moitié de la population.

Washington avait accusé dimanche Moscou d'avoir "fait marche arrière" sur certains points dans ses négociations sur la Syrie, rendant impossible dans l'immédiat un accord de coopération entre les deux puissances. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Recommande: