Le G20 en ordre dispersé face à l'impopularité des accords commerciaux

06 Septembre, 2016, 09:55 | Auteur: Sandy Vega
  • Barack Obama et Xi Jinping ratifient l’accord de Paris sur le climat

" Le Secrétaire général salue la décision de la Chine et des Etats Unis de se joindre à l'accord de Paris sur le changement climatique", a indiqué le porte-parole de l'Onu dans un communiqué.

L'accord de Paris a été signé dans la capitale française en décembre dernier, mais il ne pourra entrer en vigueur qu'après la ratification d'au moins 55 pays totalisant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

La Chine et les Etats-Unis ont promis samedi de soutenir la recherche d'un consensus sur une mesure tenant compte du marché mondial afin de résoudre le problème des émissions de l'aviation internationale lors de l'Assemblée de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Dans son discours inaugural du sommet annuel du G20 qui s'achèvera aujourd'hui à Hangzhou, dans l'est de la Chine, Xi Jinping a plaidé pour une " économie mondiale ouverte " qui privilégie la croissance du commerce et des investissements. De plus, 32 pays ont exprimé leur volonté de ratifier l'accord avant la fin de l'année, ce qui représenterait un total de 58 pays comptabilisant 59.88 % des émissions globales.

"Le signal montre que la communauté internationale s'attaque de concert à la menace climatique". L'occasion pour son dirigeant Xi Jinping d'affirmer la puissance économique de son pays face au monde même si celle-ci s'essouffle depuis quelques temps.

En effet, note le New York Times, la Chine s'est à ce jour engagée à ce que ses émissions carbone atteignent un plateau ou commencent à décliner "autour de 2030", mais sans objectif spécifique de réduction comme ceux sur lesquels se sont engagés les Etats-Unis (une baisse de 26 à 28 % des émissions de 2005 d'ici 2025). La consommation chinoise de charbon qui à plus que doubler en dix ans, nourrit une pollution atmosphérique endémique et les autorités ont du faire fermer les usines jusqu'à 300 kilomètres autour de Hangzhou pour garantir le grand bleu au G20.

A telle enseigne que les autorités ont fait fermer ces deux dernières semaines des usines jusqu'à 300 km autour de Hangzhou pour garantir un ciel bleu aux visiteurs du G20.

Désormais, le monde des affaires lui-même fait pression.

Pointant le coût des dommages environnementaux, trois assureurs gérant 1.200 milliards de dollars d'actifs -Aviva, Aegon, MS Amlin- ont également appelé à cesser les subventions pour énergies fossiles.

Le quotidien de gauche note que "les deux pays les plus polluants de la planète, la Chine et les Etats-Unis, ratifient l'accord historique de Paris".

Le président français a récemment averti que l'entrée en vigueur d'ici à la fin de l'année était ainsi "loin d'être acquise", appelant à "passer de la promesse aux actes".

Recommande: