Bruno Le Maire : " Je n'aime pas la violence dans ma famille politique "

04 Septembre, 2016, 13:43 | Auteur: Sandy Vega
  • Crédits

"Nos femmes ont vocation à être visibles, pas dissimulées". " L'emploi présumé de l'adjectif possessif " nos " pour parler des femmes, fait aussitôt réagir, notamment certains membres du gouvernement qui accusent sur Twitter Bruno Le Maire de sexisme". La chaîne d'information suit ce week-end l'Université d'été du parti Les Républicains qui voit se succéder à la tribune la quasi-intégralité des candidats à la primaire de la droite. Internautes anonymes, mais aussi célébrités comme Valérie Damidot ou personnalités politiques comme Laurence Rossignol, la ministre des Droits des femmes, s'étaient indignées sur Twitter.

Pascale Boistard, secrétaire d'Etat chargée des personnes âgées et de l'autonomie, a, elle fustigé le " patriarcat " du candidat.

En fin de journée samedi, Bruno Le Maire s'exprime face aux militants.

Bruno Le Maire : « Je n'aime pas la violence dans ma famille politique »
Le Maire pris à partie pour ses propos sur "nos femmes"

Aucune mention de "nos femmes" donc, ajouté par BFMTV dans leur compte-rendu du discours.

Or, comme se sont empressées de le faire remarquer les équipes numériques du candidat ce dimanche (ici et là), Bruno Le Maire n'a tout simplement pas prononcé ces mots. De son côté, le député socialiste de l'Hérault, Sébastien Denaja, a ironisé sur l'absence de femmes à la primaire de la droite à ce jour car ni Nathalie Kosciusko-Morizet ni Nadine Morano ne sont encore parvenues à réunir le nombre de parrainages nécessaires pour se présenter.

"Suggérer que la moitié féminine de l'humanité appartiendrait aux hommes n'était évidemment ni notre intention, ni celle de Bruno Le Maire", écrit BFM ce dimanche. "En France, les femmes sont visibles, les femmes sont visibles et elles n'ont pas vocation à être dissimulées".

Recommande: