L'élection de Donald Trump provoquerait une récession mondiale

29 Août, 2016, 05:24 | Auteur: Jonathan Ford
  • L'élection de Donald Trump provoquerait une récession mondiale

L'interview a aussi été l'occasion d'évoquer les déclarations de Donald Trump selon lesquelles le président Barack Obama et Hillary Clinton étaient les fondateurs du groupe Etat islamique (EI). Il a poursuivi son offensive sur Twitter en accusant Bill et Hillary Clinton d'être des "prédateurs" vis-à-vis des électeurs noirs.

" C'est comme ça que cela se passe dans les pays du tiers-monde (...). En fait, je ne voterais pas pour Hillary Clinton même si elle me payait", a-t-il ironisé sous les applaudissements.

Le "nouveau" Trump, lancé la semaine dernière, envoie des messages contradictoires.

"C'est un appel absurde de la part de Donald Trump".

Le candidat républicain avait répliqué préventivement en accusant l'ancienne sénatrice et chef de la diplomatie d'être elle-même raciste, en tant que figure du parti démocrate, plébiscité traditionnellement par les Noirs américains.

La candidate démocrate, qui maintient une avance confortable dans les sondages malgré une légère érosion après le pic de la mi-août, a décidé de contre-attaquer en liant Donald Trump à la "droite alternative" ("alt-right", en anglais), une mouvance d'extrême droite qui répand sur internet de multiples théories du complot dont les partisans de Donald Trump raffolent.

Mercredi, dans le Mississippi, Trump a qualifié Clinton de "fanatique qui ne voit les personnes de couleurs que comme des votes, pas comme des être humains".

L'organisme conservateur Judicial Watch, qui mène une guérilla judiciaire contre Hillary Clinton, a publié lundi de nouveaux emails obtenus sur ordre d'un juge en vertu des lois sur la transparence.

Dans la course à la présidentielle américaine le vote des minorités est très courtisé.

Conscient du problème, Donald Trump a réuni, samedi, pour la première fois, des responsables d'organisations latinas dans un Comité consultatif hispanique nouvellement créé.

Sa promesse de "rameuter" les 11 millions.

Attentif aux attentes de son électorat, Donald Trump a donc continué sur sa lancée en ce qui concerne le sujet des immigrés, agitant par exemple le spectre du migrant venant prendre le travail des mains de l'Américain auprès de la communauté noire.

Le milliardaire a dû se séparer la semaine dernière de son président de campagne Paul Manafort, dont le nom avait été cité dans une affaire de corruption présumée.

Hillary Clinton, la candidate démocrate: "Regardez notre fabuleuse équipe olympique".

" J'ai écrit quatre ou cinq lignes le plus vite possible pour qu'ils (les membres de l'équipe de Trump) soient contents", a-t-il expliqué à la chaîne NBC".

Recommande: