Les producteurs laitiers se mobilisent de nouveau — Laval

28 Août, 2016, 14:53 | Auteur: Aubrey Nash

Tard dans la soirée près de 1000 personnes s'étaient rassemblées sur le rond-point de la "honte du lait" entourées de près de 150 tracteurs.

Et ils sont bien décidés à ne pas lâcher prise, même si leur action doit durer plusieurs jours.

"Ces organisations syndicales n'ont pas agi pour s'engager dans une sortie de crise mais pour prolonger des actions et un bras de fer médiatique avec le groupe Lactalis et nuire à son image", selon le géant laitier, qui se disait cependant "ouvert" à de nouvelles négociations.

Lactalis aurait refusé un entretien avec le président de la FDSEA, Philippe Jehan, ce qui aurait poussé ce dernier à employer la manière forte.

"Nous ne voulons pas être des assistés de l'État, nous voulons gagner un salaire correct avec un prix du lait correct", avait expliqué dans la journée Sylvie, une agricultrice de la Sarthe en contrat avec le groupe Bel (Vache qui rit). Plusieurs centaines d'éleveurs occupent depuis lundi soir les abords du siège du groupe à Laval (Mayenne).

Des camions et des dizaines de CRS encadraient la manifestation, qui s'est déroulée dans le calme.

Autour de l'axe routier, les Jeunes Agriculteurs (JA) avaient dressé un chapiteau afin d'accueillir tout le long de la semaine les agriculteurs de l'Ouest qui doivent se relayer sur le site.

Les éleveurs, en grande difficulté, souhaitent une revalorisation des prix du lait et visent Lactalis pour que - si le géant revient sur ses positions - les autres industriels bougent à leur tour. Notre groupe est très affecté par des prix concurrentiels.

Nous avons entendu hier les petits exploitants qui prônent le retour d'exploitations familiales et qui accusent les syndicats majoritaires, d'hypocrisie, parce qu'ils "veulent restaurer et surtout réindustrialiser l'agriculture". Ce mois-ci, le groupe leur rachète en effet 256 euros la tonne, contre 363 euros en juillet 2014.

Les producteurs de lait de Normandie, Bretagne et Pays-de-la-Loire, se sont donnés rendez-vous, lundi 22 août 2016, pour bloquer l'entrée du siège de Lactalis, à Laval, en Mayenne.

LIRE AUSSI Producteur laitier, "pourquoi pas gagner de l'argent sur les produits élaborés?" Depuis lundi soir, aucun camion ne peut sortir ni rentrer dans l'usine mayennaise, selon l'AFP. "Ce serait leur donner les moyens de nous faire éjecter", a confié Pascal Clément, président de la section laitière de la Fédération régionale des syndicats agricoles (FRSEA) du grand Ouest sur le récit d'Europe1.

Lactalis est prêt à recevoir les organisations de producteurs pour discuter avec elles des prix du lait, a assuré M. Nalet.

"Le problème avec Lactalis, c'est que le partage de la valeur ajoutée n'est pas dans son ADN", a rétorqué M. Clément, qui pointe aussi "les résultats de plus en plus importants des industriels laitiers" alors que "les éleveurs laitiers sont dans une situation dramatique". Qui n'a toutefois pas manqué de souligner qu'il s'est déjà montré généreux avec eux, en leur reversant 75 millions d'euros de plus que ce que lui aurait coûté cette matière première s'il l'avait acquise aux prix - très bas - du marché. Ils espèrent que leur mouvement fera écho dans d'autres régions françaises.

Recommande: