La Turquie "ignore totalement" qui est responsable — Attentat

28 Août, 2016, 15:13 | Auteur: Sue Barrett
  • La Turquie

Les restes d'une veste d'explosifs ont été retrouvés sur les lieux, a annoncé le parquet, confirmant la thèse d'un attentat-suicide samedi soir dans la ville de Gaziantep, proche de la frontière syrienne.

L'ambassadeur des Etats-Unis John Bass a de son côté "condamné l'attaque barbare de civils innocents", tandis qu'au Vatican, le pape François déclarait: "Prions pour les victimes, morts et blessés, et demandons le don de la paix pour tous".

"Après cette affreuse attaque terroriste, nous souhaitons la miséricorde aux morts, la patience aux familles endeuillées et un rapide rétablissement aux blessés", a dit le gouverneur, sans en préciser le nombre mais qui est proche d'une centaine.

Après les investigations du week-end il est apparu que le kamikaze était un jeune garçon âgé de 12 à 14 ans seulement qui s'était fait exploser ou dont la ceinture d'explosifs (retrouvée sur place) avait été actionnée à distance.

"Notre pays, notre nation ne peuvent que réitérer un seul et même message à ceux qui nous attaquent: vous échouerez!", a-t-il encore écrit. Dans un communiqué, le chef de l'Etat a dit ne faire "aucune différence" entre le prédicateur en exil Fethullah Gülen, qu'il accuse d'avoir ourdi le coup d'Etat raté du 15 juillet, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et le groupe jihadiste EI.

Certains enterrements devront toutefois être retardés, un grand nombre des victimes ayant été déchiquetées par l'explosion, rendant nécessaire des tests ADN pour assurer leur identification, ont déclaré des sources au sein des services de sécurité.

"D'où que vienne la terreur, cela ne change rien pour nous", a déclaré M. Erdogan. Le vice-Premier ministre Mehmet Sismek a lui aussi évoqué la possibilité d'un attentat-suicide.

Il est à noter que Le quartier visé par l'explosion est à forte concentration kurde, ce qui renforce les spéculations sur un attentat djihadiste, car en Syrie voisine, les milices kurdes affrontent les membres de l'EI. En Syrie, les Kurdes sont en première ligne dans la guerre contre Daech.

Comme pour chaque attentat majeur, les autorités turques ont interdit la diffusion d'images en direct par les télévisions et réseaux sociaux.

Gaziantep, ville frontalière avec la Syrie, est sur le chemin de passage des Syriens qui quittent le pays en guerre.

Mais la zone abriterait en dehors des réfugiés et des militants de l'opposition un nombre significatif de jihadistes.

Le président a fait état, lors d'une conférence de presse à Istanbul, d'un bilan de 51 morts, réaffirmant que ses soupçons se portaient sur le groupe Etat islamique (EI), après l'attentat le plus meurtrier en un an en Turquie contre un mariage auquel assistaient de nombreux Kurdes. C'est l'attaque la plus meurtrière cette année dans le pays.

Le président a indiqué par ailleurs que 69 personnes étaient toujours hospitalisées, parmi lesquelles 17 se trouvent dans un état critique.

La Russie comme l'Iran soutiennent activement le président syrien Bachar al-Assad, contrairement à la Turquie qui soutient les rebelles.

Recommande: