Les religieux s'affichent unis — Prêtre égorgé

07 Août, 2016, 01:07 | Auteur: Sue Barrett
  • Attentat dans une église près de Rouen un prêtre tué l'EI revendique

Contrairement à Adel Kermiche, dont les services connaissaient les tentatives pour se rendre en Syrie, les empreintes digitales et génétiques du second tueur ne renvoyaient à aucun nom dans les fichiers de police.

Quelques heures après le drame, survenu moins de deux semaines après le carnage de Nice (84 morts), Manuel Valls avait lancé une mise en garde mardi soir, estimant que "l'objectif" de l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray était de "jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions".

Dans l'église, ont été retrouvés le corps du prêtre, tué par arme blanche blessé " à la gorge et au thorax " et celui d'un paroissien, blessé par arme blanche à la gorge.

L'identification du second assaillant est toujours en cours.

Un autre otage, un paroissien de 86 ans, a été grièvement blessé.

L'attaque a été perpétrée par deux hommes, "deux terroristes se réclamant de Daech", a affirmé sur place le président François Hollande.

Une fois arrivées sur place, la brigade de répression et d'intervention (BRI) et une brigade anti-criminalité ont tenté d'entamer une négociation avec les terroristes.

Ils se sont "enregistrés" au moment du crime, l'un a fait "un peu comme un sermon autour de l'autel en arabe" avant l'assassinat du prêtre, a témoigné sur RMC Soeur Danielle, une religieuse parvenue à s'enfuir et à donner l'alerte. Les assaillants n'avaient sur eux que trois couteaux, un pistolet inopérant et des engins explosifs factices. Mais le jeune terroriste se serait rapidement radicalisé, et a tenté de passé en Syrie avant de commettre son acte abominable mardi 26 juillet. L'EI les a d'ailleurs présentés comme deux de ses " soldats ".

Une quatrième personne, un mineur de 16 ans, né en Algérie, interpellé mardi, était toujours en garde à vue jeudi matin. Le parquet de Paris avait fait appel de cette libération, sans obtenir gain de cause, et cet attentat pose la question de la libération conditionnelle de détenus dans les dossiers terroristes.

Dans un climat politique déjà électrisé par la tuerie de Nice, l'attentat a relancé les critiques de l'opposition contre la politique antiterroriste du gouvernement, alors que la lutte contre le terrorisme s'impose comme la première préoccupation des Français, selon un sondage Ifop. Selon le site internet du diocèse de Rouen, il est né en 1930 à Darnétal, une commune de Seine-Maritime. Ordonné prêtre en 1958, il avait célébré son jubilé d'or en 2008, ce qui représente cinquante années de service.

Kalminthe Gomis, un habitant de Saint-Étienne-du-Rouvray et fidèle de l'église où officiait le prêtre Jacques Hamel, a raconté aux Observateurs de France 24 qu'il était "un homme très gentil, très impliqué dans la vie de la commune".

"Tuer un prêtre, c'est profaner la République", a déclaré François Hollande.

L'EI cible régulièrement dans sa propagande et ses communiqués de revendication les dirigeants "croisés" occidentaux et "le royaume de la Croix", expression semblant désigner l'Europe.

Une attaque contre un lieu de culte chrétien était redoutée en France, notamment depuis l'échec d'un projet d'attentat en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif (Val-de-Marne), attribué à un étudiant algérien, Sid Ahmed Ghlam, arrêté avant d'avoir pu mettre son projet à exécution. C'est donc pendant une permission qu'il a perpétré son attaque.

Recommande: