Présidentielle américaine: un élu républicain au Congrès, annonce qu'il votera pour Clinton

04 Août, 2016, 02:58 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump s'adresse aux délégués de la Convention nationale républicaine le 21 juillet 2016 à Clevelend Ohio

Il a contré Paul Ryan et John McCain en refusant de soutenir officiellement leur campagne pour leur réélection au Congrès. "Sympa! ", a asséné le candidat républicain à la Maison Blanche, lundi 1 août 2016, sur Twitter, ajoutant à ses critiques des derniers jours. " Cela fait des semaines que je dis que nous devons la battre le 8 novembre, mais je commence à être d'accord avec vous, a lancé Trump de son côté à ses supporters depuis Colorado Springs. Il n'arrête pas de le démontrer", a martelé le président américain.

La patronne républicaine de la compagnie Hewlett-Packard a révélé son soutien pour Hillary Clinton afin de stopper un Donald Trump qu'elle a qualifié de "démagogue malhonnête".

Le Président Barack Obama lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong à Washington.

Le président sortant, Barack Obama, lançait hier que Trump n'était tout simplement "pas qualifié" pour être président. "Il y a un moment où on doit dire 'assez'".

Avec tout ça, le candidat républicain ne cesse de chercher à détourner l'attention en jetant toujours plus d'huile sur le feu.

C'est évidemment vers ces " swing states " que Donald Trump et Hillary Clinton ont mis le cap dès les conventions achevées. Il a "déstabilisé le monde", a-t-il estimé. Il avait déclenché auparavant un tollé, y compris dans les rangs républicains en s'en prenant à la famille d'un officier musulman de l'armée américaine tombé en Irak. Le père de ce soldat s'est exprimé pour critiquer le républicain lors de la convention démocrate.

Par ailleurs, François Hollande a souligné que l'élection de Trump pourrait avoir des conséquences sur l'élection présidentielle française en ce qu'elle peut conduire "à une droitisation très forte ou, au contraire, à une correction", soulignant que "la campagne américaine indique des thèmes qui se retrouvent ensuite dans la campagne française".

Khizr Khan père d'un officier musulman mort en Irak en 2004 brandit un exemplaire de la Constitution devant les délégués de la Convention nationale démocratique à Philadelphie le 28 juillet 2016
Présidentielle américaine: un élu républicain au Congrès, annonce qu'il votera pour Clinton

Il a notamment insinué que la mère du soldat avait été forcée au silence pendant la convention parce qu'elle était musulmane.

" Je demande à Donald Trump 'Vous n'avez aucun sens de la décence, monsieur?' ", a-t-il relevé". Elles ont aussi été décriées parmi les anciens combattants et jusque dans son propre camp républicain.

Enfin, le très respecté sénateur de l'Arizona, John McCain, lui-même candidat à la présidence américaine en 2008, a publié un communiqué.

La centriste bénéficie ainsi des propos de celui-ci et des controverses qu'ils ont créées mais aussi de l'"effet" convention où un candidat monte en général de quelques points supplémentaires dans les enquêtes d'opinion après qu'elle se soit tenue. En tout cas, cette ultime offense semble avoir fait pencher la balance pour le représentant républicain de New York Richard Hanna, qui est devenu mardi le premier élu républicain du Congrès à annoncer qu'il voterait pour Hillary Clinton dans trois mois. Il invoque le besoin de chercher des solutions équilibrées et non des slogans "qui en appellent à notre déception, peur et haine".

Le candidat républicain était ce mardi en campagne en Virginie.

En dénigrant par la suite les parents éplorés d'un soldat américain de religion musulmane tombé au combat pour les États-Unis, Trump a réussi à combiner sa hargne islamophobe à son indifférence légendaire aux vétérans américains.

Recommande: