Les "excès" de Trump lui donne des "hauts-le-cœur" — François Hollande

04 Août, 2016, 01:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Quand Clinton et Trump utilisent Pokémon Go pour attirer des électeurs

Dignes de la guerre froide, les accusations sont graves: le camp démocrate soupçonne le magnat de l'immobilier d'avoir encouragé "une puissance étrangère à espionner son opposant politique ".

Hillary Clinton soupçonne Moscou d'être à l'origine de la fuite de 20.000 messages de cadres du Parti démocrate, qui avait mis à jour le mépris des démocrates à l'égard de Bernie Sanders.

"On n'a peur que si on a quelque chose à craindre", lance Buffet, "il n'a pas peur du service des impôts". Elle a été soutenue par le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, qui, sans condamner nommément Donald Trump, l'a clairement désavoué: "Interdire à l'ensemble des fidèles d'une religion de voyager est simplement contraire aux valeurs de l'Amérique".

Alors que Donald Trump avait fait des attaques contre le père d'un soldat musulman mort en Irak en 2004, François Hollande a dénoncé ce mardi les "excès" du candidat républicain à l'élection présidentielle américaine, qualifiant ses propos de "blessants et humiliants". Et qu'entendons-nous de Donald Trump? Il a passé un accord avec le diable. "Je l'ai déjà dit la semaine dernière, et il continue à en donner la preuve", a déclaré M. Obama au cours d'une conférence de presse. Des observateurs se permettent même de parler de la plus horrible séquence jamais traversée par un candidat à la présidence. Et il s'en prit à Donald Trump, l'accusant de bafouer la Constitution par ses propos et d'ignorer le sens du " sacrifice patriotique", alors que lui-même avait donné son fils pour la défense des valeurs américaines...

Se moquer de la mère d'un soldat tué au combat " dépasse les limites", s'est insurgée de son côté la puissante association d'anciens combattants américains à l'étranger (VFW). Ces estimations viennent montrer que le discours de Trump n'a plus autant d'effet qu'avant et pire qu'il ne parvient plus à tenir tête à Clinton.

Plusieurs personnalités du parti républicain ont refusé d'apporter leur soutien à Donald Trump lors de la convention républicaine mais aucun n'a indiqué vouloir voter pour son adversaire Hillary Clinton. Le milliardaire a répondu en critiquant la mère du soldat, restée silencieuse.

La petite-fille du sénateur, Caroline McCain, elle-même républicaine, a annoncé lundi qu'elle voterait pour la démocrate Hillary Clinton le 8 novembre, qualifiant d' " impardonnables " les propos de Trump. Cette courte vidéo de deux minutes met en scène les deux personnages principaux, Homer et sa femme Marge, qui regardent à la télévision un clip de campagne. Le peuple de Trump reste fidèle. Lorsqu'il avait attaqué John McCain, beaucoup pensaient qu'il ne s'en relèverait pas. Le parti démocrate a donc rendu la monnaie de sa pièce au parti républicain.

Portée par un rebond post-convention, elle avait sept points d'avance dans un sondage CBS publié lundi.

"Les critiques de Donald Trump envers les parents musulmans d'un soldat américain mort [en 2004] ont secoué, encore une fois, le parti républicain", écrit le site de la chaîne américaine CNN.

Recommande: