La Corée du Nord tire un nouveau missile en mer du Japon

04 Août, 2016, 07:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Les membres du Conseil de sécurité ont demandé au Comité des sanctions de l'ONU de mener une étude

Pour y parvenir, Pyongyang aurait donc réglé la trajectoire de tir de manière à ce que le missile atteigne sa portée maximale, alors que lors des essais précédents, le Corée du Nord privilégiait des angles de tir qui limitait la portée à 500 ou 600 km.

Notons également que de nouvelles manoeuvres conjointes entre Américains et Sud-Coréens sont programmées pour bientôt.

La Corée du Nord aurait tiré ce missile pour atteindre sa portée presque maximale au lieu de réduire la distance de vol en ajustant l'angle de tir à plus de 83 degrés pour une portée de 500-600 km comme cela a été le cas des tirs récents.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Sugam a reproché à Pyongyang de n'avoir pas prévenu le Japon de ces lancements, avant d'ajouter que "d'un point de vue de la sécurité des avions et des bateaux, il s'agissait d'un acte extrêmement dangereux".

"Nous sommes vraiment préoccupés encore une fois par les derniers tirs de missiles de la Corée du Nord".

Mais Pyongyang a déjà mené quatre essais nucléaires, dont le dernier en date en janvier, et toute une série d'essais balistiques. Ce mercredi 3 août, la Corée du Nord a procédé a un " lancement simultané de deux missiles Rodong à 7h53 heure locale, près de la ville de Hwangju, dans le Hwanghae", selon le US Strategic Command du Département américain à la Défense.

Ces tirs représentent une violation des résolutions du Conseil de sécurité qui interdit au Nord d'utiliser les technologies balistiques car elle peuvent être utilisées pour développer des missiles à longue portée.

Il a aussi souligné que "certains facteurs contribuent à la tension", en référence apparente au bouclier antimissiles américain qui doit être déployé en Corée du Sud et que la Chine considère comme une atteinte à sa sécurité.

Le chef de la diplomatie sud-coréenne, Yun Byung-Se, a estimé que le tir de mercredi ne faisait que "souligner la nécessité de déployer le THAAD". "Nous sommes prêts à nous défendre et à défendre nos alliés contre toute attaque ou provocation".

Le Japon avait fait part dans un livre blanc publié mardi de ses inquiétudes concernant le programme nucléaire nord-coréen, jugeant possible que Pyongyang soit parvenu, comme il l'affirme, à miniaturiser des charges nucléaires et à développer des têtes nucléaires.

Recommande: