Une vingtaine de mosquées ont été fermées, déclare Cazeneuve — France

02 Août, 2016, 01:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve entouré d'Anouar Kbibech et Abdallah Zekri président et secrétaire général du CFCM

Un financement sera mis en place pour les mosquées.

Depuis décembre ce sont donc une vingtaine de mosquées ou salles de prière jugées radicales qui ont été fermées. " Il y en aura d'autres ", a précisé Bernard Cazeneuve qui recevait ce lundi au ministère de l'Intérieur le président du Conseil Français du Culte Musulman, Anouar Kbibech, et son secrétaire général, Abdallah Zekri.

Vous avez vu une erreur? D'autant que, selon les chiffres fournis par les autorités, seules 120 des 2 500 mosquées ou salles de prières que compte la France diffuseraient l'idéologie salafiste.

Cazeneuve a également rappelé que 80 arrêtés d'expulsion ont été pris à l'encontre d'imams prêchant la haine et que plusieurs dizaines de demandes d'expulsion sont en cours d'examen.

Il travaillera aussi sur la charte qui sera soumise à tous des imams de France "pour pouvoir avoir un engagement clair de leur part sur le discours qu'ils tiennent dans les mosquées". Ces fermetures seront suivies d'autres, a-t-il ajouté. Cette volonté, prêtée à Bernard Cazeneuve fin juillet, a rapidement fait polémique après l'attentat perpétré contre une église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle "permettra de financer la partie culturelle" des mosquées et des travaux universitaires.

La réunion entre le ministre et les responsables du CFCM portait notamment sur l'organisation et le financement de l'islam en France, très critiqués au sein de la classe politique et jusque dans les rangs de la communauté musulmane. Une première version, la Fondation des œuvres de l'islam de France (FOIF), créée en 2005 par Dominique de Villepin, à l'époque ministre de l'intérieur, s'est soldée par un échec.

Le rapport souligne dans le même temps que les dons privés étrangers, "qui suscitent, dans l'opinion publique, le plus de suspicion, quant à l'orientation idéologique qui les anime", "ne peuvent faire l'objet d'une collecte statistique exhaustive".

"Il y a là un travail technique qui est difficile, sur lequel nous travaillons de façon extrêmement méthodique et qui me conduira à faire des propositions complémentaires au Premier ministre dans le courant de l'été, de sorte à ce que nous puissions proposer un dispositif global cohérent dans le courant du mois d'octobre", a-t-il annoncé.

Des théologiens de haut niveau formeront les imams de France à un islam du "juste milieu", a ainsi noté Cazeneuve, s'exprimant à la presse depuis Place Beauvau, après sa rencontre avec les représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Recommande: